Quand la Fantasy se fait parodier avec Les annales du disque-monde : la huitième couleur de Terry Pratchett

Dans une dimension lointaine et passablement farfelue, un monde en forme de disque est juché sur le dos de quatre éléphants, eux-mêmes posés sur une tortue.
A Ankh-Morpork, l’une des villes du Disque-Monde, les habitants croyaient avoir tout vu. Et Deuxfleurs avait l’air tellement inoffensif, avec son Bagage de bois magique circulant sur une myriade de petites jambes… Tellement inoffensif que le Praticien a chargé le calamiteux sorcier Rincevent de sa sécurité dans la cité quadrillé par la guilde des voleurs et celle des assassins. 
Car Deuxfleurs appartient à l’espèce la plus redoutable qui soit : c’est un touriste…

Ah ces touristes ! Ils ne font attention à rien… 

 

Cela fait plus de deux ans que mon frère m’a conseillé cette saga Fantasy. Il connaît mon goût pour l’humour absurde et c’est donc tout naturellement qu’il m’a poussé vers Terry Pratchett et ses Annales du Disque-Monde.
Le pitch de départ m’a fortement plu ! Le soucis ? Je n’avais pas trouvé une seule édition à un prix abordable… En effet, une seule édition est en vente dans ma librairie. Certes, l’édition est magnifique mais mettre 19€ pour un livre poche, tout en sachant qu’il y a plus de 30 tomes, c’était un peu dur pour moi…
Je fût donc surpris quand je suis tombé sur cette édition Pocket à un prix abordable !

Les Annales du Disque-Monde, la huitième couleur est un véritable coup de coeur. Ce livre est une pépite d’humour à l’anglaise. Terry Pratchett reprend avec brio les codes de la Fantasy et les détourne. Mage, voleurs, assassins, dragons, trolls, des quêtes, des héros, des trésors. Tous les ingrédients sont réunis pour faire une saga de qualité.
Ce premier tome est une mise en place du contexte et de la géographie de cet univers. Durant 300 pages, Terry Pratchett nous fait découvrir son univers à une vitesse folle. On passe souvent du coq à l’âne mais tous les dialogues et toutes les scènes sont importantes pour la suite. 

La huitième couleur, une aventure grandiloquente 

 

La huitième couleur est un enchaînement de mésaventures permettant ainsi le développement de l’univers et des personnages. Chacun des personnages va dépasser son statut pour devenir une meilleure personne.
Tout est dans la surenchère, nos héros vont d’abord combattre des petits voleurs, puis des assassins, des chefs de tribus chevauchant des dragons et même La Mort en personne.
Cette surenchère est expliquée comme il faut dans ce premier tome. Ce sont les dieux qui jouent aux dés et qui contrôlent les assaillants.
L’univers Des Annales du Disque-Monde est spectaculaire, voir improbable. Tout ce que vous auriez pu imaginer de plus fou, Terry Pratchett l’a fait.

Les personnages sont super bien développés et sont très antipathiques. Terry Pratchett pousse le stéréotype de la Fantasy encore plus loin.
Entre Rincevant, le mage raté qui ne connaît qu’un seul sort. Enfin connaître est un bien grand mot car c’est le sort le plus puissant de l’univers mais il ne se souvient pas de la formule, elle sort quand elle veut de sa bouche.
Deuxfleurs, le riche touriste qui n’a peur de rien. Son plus grand rêve ? Voir des dragons et les prendre en photos. D’ailleurs, c’est ce qu’il fait le plus, prendre des photos. Il ne fait attention à rien et provoque accident sur accident. Tous les voleurs de l’univers sont à ses trousses pour lui voler son sac magique.
Hrun, le héros qui ne sait pas aligner plus de deux phrases sans friser l’explosion. Il passe son temps à voler des trésors et à secourir des princesses en détresse. Quand il est en repos, il se badigeonne d’huile et scrute ses différents muscles.
C’est cette belle bande d’incapable que Terry Pratchett nous invite à suivre. 

Il est difficile donc de juger la saga et l’univers sur cet unique tome mais en tout cas les bases sont là. En refermant ce premier tome, je n’ai qu’une seule idée en tête. Me procurer les autres tomes et découvrir la suite des aventures de Rincevant et de Deuxfleurs.
Les Annales du Disque-Monde est un roman qui fera plaisir aux amateurs de Fantasy et au adorateurs de l’humour anglais. 

 

 

Et vous, vous l’avez lu ? Vous en avez pensé quoi ? Dites moi tout, je suis curieux. 

 

 

 

Publicités

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Bonne découverte des Annales du Disque-Monde ! De mon côté, c’est ma série préférée de tout ce que j’ai lu pour l’instant.

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Une agréable découverte Oui. J’ai vraiment hâte de connaître la suite de cet univers 🙂

      J'aime

  2. indra (DLBE) dit :

    J’ai lu ce premier tome il y a quelque temps. J’ai adoré ce côté extravagant et surenchère sur les mésaventures des personnages et l’imagination de l’auteur est débordante… Le seul bémol pour moi, c’est l’écriture. Elle est parfois très lourde, alambiquée, et personnellement, ça m’a fatigué. Le deuxième tome m’attend toujours dans la bibliothèque…

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Je peux tout à fait comprendre que l’écriture t’ai paru lourde. J’ai eu du mal à comprendre toutes les actions coupés et reprises bien plus loin.
      Cependant, j’ai pris un gros plaisir et j’ai hâte de trouver le deuxième tome 🙂
      Merci de ton passage en tout cas

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s