Soulèvements – une exposition a voir au Jeu de Paume à Paris


Bonjour à tous,

 

Je reviens, une nouvelle fois vers vous, avec une exposition nommée Soulèvements. Elle se déroule du 18 octobre 2016 au 15 janvier 2017 au Jeu de Paume à Paris.
Comme pour le palais de Tokyo, le Jeu de Paume est une découverte pour moi. J’en avais tellement entendu parler !
J’ai donc profité d’une sortie parisienne pour visiter ce magnifique lieu d’exposition.
Le Jeu de Paume est idéalement situé ! Place de la concorde, juste derrière la grande roue (en ce moment), on ne peut pas le louper !

La visite débute par le sous-sol pour ensuite se terminer à l’étage. Les pièces sont bien délimitées et s’enchaînent assez bien. L’éclairage met parfaitement en valeur les divers mediums de l’exposition. En effet, dans cette exposition, nous trouvons des manuscrits, des photographies, des dessins, des caricatures, des gravures, des vidéos ainsi que des installations.

L’exposition se divise en cinq pièces dont chacune explore une facette du Soulèvement. Soulèvement par les éléments, par les gestes, par les mots, par les conflits et par les désirs.
Le commissaire de l’exposition, Georges Didi-Huberman, explique que le soulèvement sont des forces physiques, corporelles et sociales. Ce soulèvement, nous permet de transformer ce qui est immobile en mouvement, de le rendre énergique, de transformer notre soumission en révolte.

Le soulèvement par les éléments (déchaînés)

Première pièce de l’exposition et premier mélange des médiums allant de Francisco de Goya à Maria Kourkouta. Ici, c’est l’imagination de l’artiste et du visiteur qui se soulève. L’imagination peut déplacer des montages.
Francisco de Goya entre parfaitement dans cette catégorie de l’imaginaire et j’ai pu rester admiratif devant la touche de l’artiste.
L’oeuvre qui m’a le plus conquis est celle de Jean Veber, Le dompteur a été mangé datant de 1909. Caricature représentant le peuple, sous forme de vague, submergeant la figure du pouvoir, incarnée ici par Georges Clemenceau. En effet, George Clemenceau alors ministre de l’intérieur et président du conseil n’hésitera pas à réprimer les grandes grèves du début du XXe siècle et n’hésitera pas, non plus, à se qualifier de « premier policier de France ».
Première pièce intense avec une partie consacrée aux malades dans les hôpitaux psychiatriques. Quelques photographies et vidéos montrant des corps en lévitation, des patients criant de rage, de désespoir face à la folie.

Le soulèvement par les gestes (intenses)

 

Deuxième pièce de cette exposition et nous montons dès à présent à l’étage. Les autres sections vont donc se suivre dans un dédale de mur blanc. Le commissaire d’exposition nous rappelle que se lever est un geste. Avant même de mener une action à bien, il faut se lever. On se soulève face à l’accablement, la lâcheté, à la soumission. Le soulèvement entraîne une cassure de l’instant présent.
Dans cette pièce, on peut admirer et réfléchir devant différent médium. En effet, on retrouve un manuscrit datant du XVIIIe siècle expliquant le soulèvement d’un peuple. Puis, il y a des photographies de rues montrant des affiches de luttes. Tout se mélange une nouvelle fois avec des artistes de tout horizons tels que Wolf Vostell ou encore Gustave Courbet.

Le soulèvement par les mots (exclamés)

Une fois que les consciences se lèvent, il faut des mots, des phrases pour le dire et le chanter. Une pièce où les poètes et penseurs sont mis en avant. « En amont les romantiques, en aval les dadaïstes, les surréalistes, les lettristes, les situationnistes, etc. ».
Exposition de collage, de tract, de papier journaux. Notamment Dada soulève tout de Philippe Soupault datant de 1921.

dav

Expo jeu de Paume Paris Soulèvements Tomabooks

 

Soulèvement par conflits (Embrasés)

 

Chaos ou soulèvement pour la liberté. Cette pièce de l’exposition fait réfléchir le visiteur sur les différents conflits. Dessin de presse avec La Charge de Félix Vallotton datant de 1893 ou encore Edouard Manet et sa Guerre Civile, de 1871.
Nombreuse représentation de grève, de manifestation, de peuple en colère.
Des photographies nous montre des villes dévastées par des guerres civiles. Quelques côtés négatifs du soulèvement nous sont exposés mais c’est pour mieux construire par la suite.

Soulèvement par désirs (indestructibles)

 

dav

La pièce la plus dure psychologiquement. Photographies de mis-à-mort notamment au Mexique ou par les soldats de l’Allemagne nazi. Malgré ces photographies, l’exposition veut nous donner de l’espoir. « L’espoir du condamné à mort ».
Le soulèvement peut se terminer sur des mères pleurant sur les corps de leurs enfants mais les photographes veulent montrer la force que ces larmes peuvent avoir.

Petit plaisir personnel dans cette pièce, avec l’exposition de la photographie d’un moine bouddhiste, Thích Quảng Đức, s’immolant par le feu en pleine rue pour protester contre le régime dictatorial sud vietnamien de Ngô Đình Diệm, soutenu par les États-Unis. Pourquoi un plaisir ? car cette photographie fut reprise par le groupe de fusion Rage Against The Machine pour leur premier album.

Soulèvements vous transportera du début à la fin. Cette exposition vous montrera les différentes façons de se soulever que ce soit physiquement ou mentalement. J’espère que cette exposition vous fera réfléchir sur les luttes que les peuples accomplissent chaque jour. 
Personnellement, à la fin de cette visite, j’ai eu envie de me soulever et de crier ma rage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s