Gimme danger de Jim Jarmusch

Apparu pour la première fois à Ann Arbor (Michigan) en pleine révolution contre-culturelle, le style de rock’n’roll puissant et agressif des Stooges a fait l’effet d’une bombe dans le paysage musical de la fin des années 60. Soufflant le public avec un mélange de rock, de blues, de R&B et de free jazz, le groupe – au sein duquel débute Iggy Pop – posa les fondations de ce que l’on appellera plus tard le punk et le rock alternatif. Gimme Danger retrace l’épopée des Stooges et présente le contexte dans lequel l’un des plus grands groupes de rock de tous les temps a émergé musicalement, culturellement, politiquement et historiquement. Jim Jarmusch retrace leurs aventures et leurs mésaventures en montrant leurs inspirations et les motivations de leurs premiers défis commerciaux, jusqu’à leur arrivée au Panthéon du rock.

the-stooges


Article un peu spécial aujourd’hui puisque je vais aborder à la fois le film documentaire de Jim Jarmusch (Coffee & cigarets) et la vie du groupe précurseur The Stooges. Un article à la fois sur le 7eme art et sur la musique, une autre passion importante pour moi.

J’espère que le fait de parler musique sur le blog ne va pas vous déranger. Je vous souhaite une agréable lecture et une plongée dans le monde du Rock !

« Pas plus de vingt-cinq mots pour faire une chanson […] Je ne suis pas Dylan » Jim Osterberg

The Stooges, groupe mythique à l’heure actuelle, n’était pas très en vue à l’époque. Gimme Danger, c’est l’histoire de losers ayant eu une carrière aussi courte et fulgurante qu’une météorite.
Jim Osterberg, alias Iggy Pop, était un batteur à la base mais après différents groupes, il en a eu marre de jouer derrière des culs. Il s’est donc mis dans la peau d’un chanteur charismatique et fêlé sur les bords.
The Stooges naît lorsque Iggy rencontre les frères Asheton (Ron et Scott). Véritable ovni sur la scène, le groupe invente un rock puissant, brutal et presque animal. Des riffs savamment trouvés, des paroles simples (No Fun) et une énergie incroyable sur scène. Les Stooges sont très vite réputés pour leur attitude sauvage et primitive sur scène. Iggy Pop, plus particulièrement, devient célèbre par son comportement outrageant sur scène (étalage de beurre de cacahuète et de viande à hamburger sur son torse nu, mutilation avec des tessons de bouteilles et exhibition de ses parties génitales).

CINCINNATI - JUNE 23: Iggy Pop of the Stooges rides the crowd during a concert at Crosley Field on June 23, 1970 in Cincinnati, Ohio. (Photo by Tom Copi/Michael Ochs Archive/Getty Images)

The Stooges réussit à se faire une place et signe un premier contrat avec leurs amis MC5. Cependant, le groupe reste éloigné de la politique et le groupe passe pour des nihilistes. Le groupe n’échappe pas à la drogue et aux problèmes… Iggy Pop raconte que certains soirs, il pouvait chanter et d’autres non. Les concerts sont alors de moins en moins bon et la communion avec le public se fait moins. Iggy raconte par exemple d’un concert où il a voulu sauter dans le public et que tout le monde s’est écarté. Résultat, deux dents de cassées.

Après sa cure de désintox, Iggy rencontre Bowie et part à Londres pour enregistrer un nouvel album. Il fait donc à nouveau appel à ses amis et les Stooges reviennent en force avec Raw Power Le son est encore plus brut, plus fort et plus intense.
« En tant que guitariste, James remplit l’espace de détails comme si on avait lâché un chien renifleur chez vous. C’est du lourd » Iggy Pop.

gimme-danger-stooges-documentary-1521bf59-5d82-49c5-9962-80e311f1989e

The Stooges, père fondateur du rock Alternatif

Si on demande à Iggy Pop si il a conscience d’avoir inspiré le mouvement punk et tout le rock alternatif, il vous répondra qu’il a juste tué les années 60 avec les chanteurs et les groupes de télécrochet.
Cependant, il ne faut pas se leurrer. The Stooges est un groupe punk rock avant l’heure et ils ont influencé tous les groupes que nous connaissons à l’heure actuelle (Ramones, Sex Pistols, The Clash, Soundgarden, Nirvana, Sonic Youth…). D’ailleurs, Jim Jarmusch utilise des vidéos d’archives pour nous montrer toutes les reprises faites en l’honneur des Stooges.

gimme-danger-1970

Une construction classique

Jim Jarmusch, roi du cinéma indé Us, reste très classique dans sa construction. Le schéma narratif est prévisible, rien de surprenant ni de Rock’N’Roll dans la façon de filmer. Rien de nouveau donc au soleil mais Gimme Danger est une déclaration d’amour de Jarmusch pour les Stooges. Le réalisateur reste conventionnel et laisse la place à un Jim Osterberg, alias Iggy Pop, conteur de sa vie et de cette drôle d’époque, sans pour autant plonger dans les heures les plus sombres du groupe.
Nous sommes très loin d’un Martin Scorsese filmant les Rolling Stones pour son film Shine a light. Le documentaire prend du rythme lorsque la musique se diffuse dans la salle de façon explosive.

iggy-pop-the-stooges

Attention, les anti-rock vont se sentir aussi peu concernés par le film que ceux qui ne voient en Iggy Pop qu’un fou faisant le chien sur scène.
Personnellement, je suis fan des Stooges et ce documentaire m’a apporté une fibre nostalgique puisque ma mère m’a fait écouter ça quand j’étais jeune et m’a emmené les voir en concert il y a de cela 10 ans.

Publicités

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Pauline dit :

    Je suis parfaitement d’accord avec toi pour Gimme Danger. Je connaissais le groupe uniquement via leur musique et donc je ne connaissais pas leur parcours. Je trouve que Jarmusch met en scène les légendes de manière très intimiste, spontané. J’ai beaucoup aimé.
    Très bonne critique,
    à très vite 🙂

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Je connais ce groupe depuis tout petit. Ma mère m’a élevé avec ce son et celui des Clash. Je connaissais assez bien la carrière des Stooges mais finalement très peu de la vie avant notamment pour Iggy Pop.
      J’aurais pu parler aussi de sa vision des maisons de disques et de tout ce qu’il va avec. J’adore ce type et ses idées. Il ne veut pas être étiqueté sous un genre.
      Jarmusch est très bon dans ce documentaire, il a su se mettre en retrait tout en montrant son amour pour le groupe.

      Merci pour ton commentaire, je m’essaye au critique cinéma, c’est pas facile mais je prends plaisir à le faire 🙂

      J'aime

  2. Super article, comme je ne connaissait pas, j’ai appris plein de choses !

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Merci beaucoup 🙂 J’espère que les Stooges vont t’accompagner maintenant 😉

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s