Le bilan culturel d’avril 2017

Bonjour à tous,

Le mois de mai est déjà bien entamé, il est donc temps pour moi de vous faire le bilan culturel d’avril.
Que s’est-il passé durant les 30 jours d’avril ? Et bien, nous avons pris quelques jours de vacances pour découvrir la ville de Strasbourg et visiter le Struthof. Strasbourg est vraiment une ville magnifique, nous avons eu un gros coup de cœur pour cet endroit. En plus, nous sommes revenus avec une tonne de livres d’occasion.
La fin du mois est beaucoup moins reposante puisque nous devons rendre de nombreux dossiers pour le master et comment vous dire qu’on est à la bourre…
Bon ça ne nous a pas dérangé pour lire, regarder des films et des séries, bien au contraire.

Au niveau de mes lectures

dav

J’ai commencé Chantier de Richard Bachman, alias Stephen King, durant mon retour de Strasbourg. Ça faisait trois mois que je n’avais pas lu de King… Et quel bien fou de le retrouver ! Aucun ennui durant cette lecture. L’histoire d’un homme tourmenté qui voit la vie qu’il a fondé partir en morceaux à cause de la construction d’une portion d’autoroute. Chacun peut se retrouver dans le personnage principal. Un roman du King que j’aimerai beaucoup voir adapté au cinéma.

dav

Avec les conseils de mon amoureuse, je me suis lancé dans la lecture de Novecento : pianiste d’Alessandro Baricco. C’est un court monologue théâtrale contant l’histoire de Novecento, un virtuose du piano qui n’a jamais connu la terre ferme. Ce fût une magnifique découverte pour moi, Alessandro Baricco est un auteur talentueux qui vous fera voyager au début du XXe siècle.

dav

Après ce monologue, j’ai continué avec Soie d’Alessandro Baricco. Un récit qui tend encore plus vers le conte ou la poésie. Alessandro Baricco nous fait voyager à la fin du XIXe siècle au Japon. C’est une île mystérieuse que nous découvrons en même temps que le personnage principal. Alessandro Barrico y parle de l’amour, de l’exotisme et de l’érotisme avec une grande pudeur et une grande beauté.

dav

Après un semi échec avec Cosmétique de l’ennemi, j’ai voulu découvrir Attentat d’Amélie Nothomb. Une nouvelle fois je ne sas pas quoi en penser… L’histoire est bien mieux amenée et construite mais je bloque sur le style de l’auteure. Une écriture complexe pour donner un côté absurde mais qui ne fonctionne pas sur moi.

eclipses japonaises eric faye

Pour le site Bulles de culture j’ai lu Éclipses japonaises d’Éric Faye. C’est un roman intriguant par son sujet et sa plume. Éclipses japonaises conte l’histoire peu connue de japonais se faisant enlever pour le compte de la Corée du Nord. Éric Faye s’appuie sur de nombreux documents pour écrire cette fiction mélancolique et secrète.

Carnages chattam

Quelques jours avant la fin du mois, mon amoureuse m’a ramené Carnages de Maxime Chattam. Je me suis donc plongé dans ce court roman d’un de mes auteurs français favoris. Le thème m’a interpellé car je pensais retrouver une histoire similaire à Rage de Stephen King. Et en fait, pas du tout ! Carnages de Maxime Chattam reprend les codes du mal-être adolescent et le transpose sur un autre sujet. Le style de Maxime Chattam est bel et bien présent mais l’histoire n’est pas folle. Le roman ne fait que 80 pages et je pense qu’il n’en fallait pas plus, sous peine d’être moins accrocheuse.

innocent sakamoto

Durant ce mois d’avril, j’ai pu entrer dans le monde du manga. Je ne suis pas fan à la base mais j’ai voulu essayer de lire ce genre. J’ai donc pu commencer par Innocent de Shin’ichi Sakamoto.
Il s’agit d’un manga revenant sur l’histoire de France et plus particulièrement sur l’histoire d’une famille de bourreau. Les dessins sont magnifiques et l’histoire est très intéressante. Pour le moment je n’ai lu que le premier tome mais je compte bien découvrir le deuxième très prochainement.

inhumanitas MB Ledent

Pour finir sur la lecture, j’ai pu découvrir le nouveau roman de Marie-Béatrice Ledent qui se nomme Inhumanitas. Bien plus qu’un thriller, Inhumanitas vous fera réfléchir durant toutes les pages sur la notion de justice, d’auto-justice et de famille. Marie-Béatrice Ledent offre un roman fort en émotion forte. Le prologue et l’épilogue vous restera en mémoire durant de longues journées.

Au niveau des séries

broadchurch

Mon amoureuse m’avait, une nouvelle fois, conseillé de regarder la série Broadchurch. C’est avec intérêt que je me suis lancé dans la première saison, il y a deux semaines. Impossible de lâcher, j’ai enchaîné les deux premières saisons assez rapidement. On attend pour regarder la troisième et dernière saison de cette série.
Un article est en préparation mais je peux déjà vous dire que Broadchurch est une série forte, prenante et très dure à regarder. Le casting est exceptionnel et l’ambiance de cette série est lourde, pesante. Ne la regardez pas si vous n’allez pas bien…

Au niveau du 7eme art

the killing joke

Lors de notre voyage à Strasbourg, nous avons regardé The Killing Joke, dessin animé sur les aventures du chevalier noir et son ennemi de toujours, le Joker. Je n’avais jamais regardé de version longue du chevalier noir et j’ai pu y voir une sacrée différence. Le style est beaucoup plus cru et les insultes pleuvent à foison rendant le visionnage un peu bof pour ma part. Il ne se passe pas beaucoup de choses dans ce film et la fin est assez surprenante pour ne pas dire nul.

dark crystal frank oz

Mon amoureuse a voulu me montrer un des films qui a bercé son enfance et il s’agit de Dark Crystal. C’est un film merveilleux, de Jim Henson et Frank Oz, qui utilise des marionnettes sur la totalité du film. Dark Crystal est un film poétique et mythique qui ne m’a pas laissé indifférent. L’histoire est très bien construite et le message est sublime. Un bel instant de poésie que j’ai pu découvrir longtemps après sa sortie. Je pense qu’il faudrait un article entier pour réussir à parler convenablement de ce bijou.

matrix

Durant une discussion, nous avons parlé des sœurs Wachowsky et de l’amour que je porte pour leur différents projets (Sense8, Matrix). C’est pourquoi nous nous sommes lancés dans le visionnage de la trilogie Matrix. Ce film marque un grand tournant dans le cinéma du début des années 2000. Nombreux sont les films à avoir abusé de l’effet Bullet Time et des ralentis en tout genre. Matrix est toujours aussi bon et semble toujours d’actualité. Le scénario peut sembler complexe mais une fois que le fond est compris, le reste coule de source. Un premier film parfait, que ce soit dans la photographie avec les jeux des reflets, mais aussi avec le choix de la bande son (Rob Zombie, Prodigy, Rage Against The Machine, Marylin Manson, Rob Dougan).

tigre et dragon

Mon amoureuse a voulu me faire voir un de ses films favori et c’est pourquoi nous avons revu Tigre et dragon d’Ang Lee. C’est un film d’arts martiaux particulièrement aérien. C’est l’histoire de deux amis qui tentent de ramener une jeune fille noble sur le droit chemin. Elle a dérobé une épée légendaire pour tenter d’échapper à sa vie ennuyeuse. Tigre et dragon est un film à la fois poétique et rapide. Les combats sont aériens et très impressionnants. On a l’impression de légèreté et de facilité dans les mouvements. Même si le film est touchant, il y a tout de même des passages très drôles qui adoucissent un peu cette histoire assez sombre.

La_Legende_du_pianiste_sur_l_ocean

Après avoir lu et travaillé sur mon article consacré à Novecento : pianiste d’Alessandro Baricco, j’ai vu qu’un film en été tiré. Ni une ni deux, j’en informe mon amoureuse. Nous nous lançons donc dans le visionnage de La légende du pianiste sur l’océan. Le film est plutôt réussi dans l’ensemble même si le réalisateur a poussé le côté absurde et loufoque. La première partie du film est vivante, drôle et touchante. Les parties au piano ne sont pas si exceptionnelles mais nous ne voyons pas le temps passé. Puis vient la deuxième partie du film et là ça s’essouffle… Ils ont cru bon de mettre une amourette (qui n’existe pas dans le livre) pour renforcer le côté touchant et naïf au personnage de Novecento. Sauf que ça ne prend pas du tout, enfin sur nous en tout cas. La troisième et dernière partie reprend un peu en intérêt et offre une dernière scène tout aussi mélancolique que dans le court roman d’Alessandro Baricco.

kill bill

Suite à une autre discussion, j’ai pu me rendre compte qu’elle n’aimait pas trop Quentin Tarantino. C’est sûr de moi que je lui ai proposé de voir Kill Bill volume 1, puis le volume 2. Et là, c’est le drame… Elle n’a pas du tout, mais alors pas du tout aimé ce film, pour des raisons qui lui sont propres et que je respecte. Pour elle, le film et le personnage principal n’ont aucune valeurs et n’ont aucune raison de porter une vengeance. Quelques points lui ont quand même plu, notamment la chanson de Sinatra et le personnage d’Hattori Hanzo.

Voilà, le bilan est enfin terminé. N’hésitez pas à me donner votre avis si vous avez lu ou vu une de ces oeuvres, ça me ferait plaisir d’en discuter avec vous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s