Vertige de Franck Thilliez

Un homme se réveille au fond d’un gouffre, deux inconnus et son fidèle chien comme seuls compagnons d’infortune. Il est enchaîné au poignet, l’un des deux hommes à la cheville et le troisième est libre, mais sa tête est recouverte d’un masque effroyable, qui explosera s’il s’éloigne des deux autres.
Qui les a emmenés là ? Pourquoi ?

Un roman oppressant

Oppressant, c’est bien l’adjectif qui définirait le mieux ce roman de Franck Thilliez. Vertige nous plonge au fond d’un gouffre avec quatre autres personnes (je compte le chien comme une réelle personne). Trois d’entre eux ne se connaissent pas. Nous voilà donc au fond d’un gouffre froid, humide et sombre… aucune lumière ne pénètre les lieux et les bruits sont multipliés par 10. De quoi offrir une belle frousse aux lecteurs les plus fragiles.
Les trois compères ne sont pas libres pour autant dans ce gouffre. En effet, deux d’entre eux sont attachés au moyen d’une chaîne et le dernier est muni d’une sorte de masque qui explosera si il s’éloigne des deux autres. Nous sommes très clairement dans un contexte de type Saw (film de James Wan). Mais la ressemblance s’arrête ici, aucun piège, aucun indice et aucune épreuve pour prouver sa rédemption ne sont au programme.
Vertige c’est un livre psychologique et de survie. Les trois hommes vont devoir se battre et se restreindre pour rester en vie. S’en suis quelques scènes affreuses dont une en particulière… Ces scènes reflètent la déchéance de l’humain, pour survivre l’homme doit redevenir primitif.

Vertige est oppressant vis à vis de ses personnages. Franck Thilliez prend le temps qu’il faut pour les développer. Au départ, nous avons trois hommes qui ne se connaissent pas. Puis, avec l’enfermement et le manque de ressources, les tensions montent et les cœurs se délient au fur et à mesure. Impossible de ne pas s’attacher à ses trois compagnons d’infortunes et en même temps, il est impossible de ne pas se méfier d’eux. Nous sommes dans le même état psychologique durant cette lecture, la paranoïa est très présente. On se questionne, on se méfie. Vertige est une lutte contre la faim, la soif, le froid, la solitude, la folie humaine et le désespoir.

Un sentiment de vertige en refermant ce roman

Franck Thilliez offre un titre de roman qui tient ces promesses. En effet, la sensation de vertige m’a pris durant toutes ces pages… impossible de lâcher ce roman, de laisser mes quatre compagnons seuls au fond de ce gouffre. L’auteur agrémente son roman d’anecdotes ou de citations en rapport à la survie ou à la vie d’un de ses personnages. Il est possible donc d’y voir comme un roman basé sur des faits réels.

Franck Thilliez joue avec nous et avec nos déductions. Toutes les informations ont une utilité pour la continuité de l’histoire. Il joue clairement avec nos nerfs et essaye de nous faire croire certaines choses, notamment au niveau du cerveau qui a organisé cette expédition punitive dans ce gouffre.
Cependant, au fils des pages, le doute s’installe en même temps que le froid glacial. Nos déductions deviennent de moins en moins sûres et le dénouement se fait attendre.
C’est avec ses dernières pages que Franck Thilliez nous assomme. Le dénouement n’en est pas un, au contraire il soulève encore plus de questions et d’interprétations. J’avoue avoir relu plusieurs fois certaines phrases en m’énervant parce que je ne comprenais pas où Franck Thilliez voulait en venir. C’est bien un sentiment de vertige qui m’a parcouru durant cette lecture.

Publicités

11 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. unfilalapage dit :

    Un excellent roman dont je me souviens encore ! La fin m’a légèrement déçue tout de même, un peu facile non ? Il y a un détail pourtant qui apparemment permet de répondre à la question principale. Je l’ai découvert en me renseignant sur des forums 😉
    Bonne journée à toi !

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Oui la fin est un peu facile, elle m’a rappelé celle de Puzzle. J’ai l’impression que l’auteur écrit ses one shots de la même façon.
      En effet, un petit indice est donné à la fin mais il faut avoir été attentif à un certain passage de l’intrigue.
      Bonne soirée et merci pour le passage

      J'aime

  2. J’ai très envie de le lire =)

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Je ne peux que te le conseiller. Sans doute pas le meilleur mais il est tout de même prenant et efficace 🙂

      J'aime

  3. Voici une chronique qui reflète exactement ma lecture et mon ressenti lors de la chute de cette histoire ! Ce roman est un thriller auquel je pense encore… l’angoisse est encore présente. Je l’ai vécu dans « les tripes »… Il est difficile à oublier !

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      C’est exactement ça, un roman difficile à oublier ! Cette fin renversante y est pour beaucoup mais le cadre de l’histoire encore plus ! Difficile de voir un gouffre de bon oeil maintenant

      Aimé par 1 personne

      1. Oui… tout à fait. C’est drôle comme certains romans nous marquent et d’autres sont vite oubliés. « L’enfant aux cailloux » m’a beaucoup perturbé aussi. On n’y parle pas de gouffre, cependant. J’ai souffert pendant la lecture… J’ai éprouvé beaucoup de gêne et de malaise. Il est très bien écrit, je pense.
        A bientôt.

        J'aime

      2. tomabooks dit :

        Je note le titre que tu viens de me donner. Il viendra sûrement dans la pal mais pas tout de suite car elle déborde pas mal !

        Aimé par 1 personne

      3. Et oui, la mienne aussi… J’ai sans cesse des envies de lectures nouvelles…
        A bientôt pour de nouvelles idées !!!

        J'aime

      4. tomabooks dit :

        Nous sommes tous un peu comme ça. Il suffit que l’on me parle ou que je lise un avis sur un livre, un auteur et j’ai envie de tout avoir !

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s