Shoah et bande dessinée – Une exposition à voir au Mémorial de la Shoah de Paris

C’est une nouvelle fois avec une exposition que je viens vers vous aujourd’hui. Nous avons eu la chance, mon amoureuse et moi, de pouvoir visiter l’exposition Shoah et bande dessinée se déroulant au Mémorial de la Shoah à Paris. Pour ceux qui ne savent pas où se trouve ce magnifique lieu de mémoire, il suffit de ce rendre dans le quartier du Marais, dans le quatrième arrondissement.
Le Mémorial de la Shoah consacre donc une exposition sur la bande dessinée jusqu’au lundi 30 octobre 2017. De quoi donc pouvoir prévoir une demie-journée pour admirer cette belle exposition.

Je vous propose de visionner la vidéo promo pour vous donner envie

Au-delà du fait que le contexte de cette exposition soit intéressant et important, je pense qu’il est légitime que j’en parle dans ce blog puisque cette exposition évoque le neuvième art, à savoir la bande dessinée.
Pour évoquer ma relation avec la bande dessinée, je dirais qu’elle est lointaine. Je ne lis que très peu de bande dessinée mais je pense tout de même à m’en procurer quelques unes. Cependant, ce qui m’a longtemps gêné dans l’achat d’une bande déssinée c’est le prix. Je trouvais les prix un poil exagérés mais cette idée part petit à petit car je me rends compte de tout le travail fourni par le dessinateur.

L’exposition se penche sur le sujet de la Shoah et de la façon dont le neuvième art s’est approprié le sujet. Ce n’est donc pas sans tâtonnement et sans erreurs que le sujet a été exploité par les différents auteurs. Shoah et bande dessinée permet également de voyager puisque cette exposition revient sur les bandes dessinées européennes, américaines et asiatiques.

À quand remontent les premières traces de la Shoah dans la bande dessinée ?

Shoah et bande dessinée revient sur les premières évocations de ce crime dans le neuvième art. C’est d’abord par les dessins retrouvés directement dans les camps que le sujet débute. Cependant, il est assez rare de retrouver des planches de dessins intacts mais l’enfer y est représenté en direct.
C’est avec la libération des camps que quelques survivants de cet enfer vont prendre le crayon pour y représenter des images d’une crudité extrême, de la réalité du processus de mise à mort des Juifs d’Europe.

La bête est morte !

Mais, ce n’est bien que tardivement que les artistes ont pris conscience de la Shoah. Pour la plupart d’entre eux, ce sera après la guerre et sans entrer dans les détails. C’est pourtant avec La Bête est morte ! de Dancette et Calvo datant de 1944 que le sujet est mentionné. La guerre des hommes est devenue celle des animaux.
Du côté américain, la Shoah est tout simplement absente des récits alors qu’en 1942 Captain America bottait les fesses d’Hitler pour le plus grand bonheur des lecteurs. Les camps seront évoqués à la sortie de la guerre mais les Juifs d’Europe ne seront pas mentionnés. La Shoah est donc encore un sujet sensible, un sujet casse gueule à cette époque, un sujet tabou, notamment aux États-Unis où l’antisémitisme est loin d’avoir disparu. C’est pour cela que Superman n’arrive même pas à changer le cours de la Seconde Guerre Mondiale…

La RÉVOLUTION Maus d’Art Spiegelman

Maus Art Spiegelman

C’est en 1980 que le sujet de la Shoah prend une ampleur considérable. Sous les traits de quelques souris, rats et autres animaux, Art Spiegelman revient sur le passé douloureux de sa famille juive.
C’est une révolution dans le monde du neuvième art mais aussi dans l’appropriation de la Shoah. Maus est une oeuvre autobiographique d’une qualité époustouflante et l’exposition revient dessus avec plusieurs planches originales.

Maus va offrir une nouvelle vision de la bande dessinée pour le grand public mais aussi pour un public plus élitiste. Pionnier dans le domaine du discours mémoriel, Maus c’est la longue et douloureuse quête de son auteur. Cette révolution va apporter une contribution essentielle pour la construction de l’identité juive contemporaine.

Maus Art Spiegelman

Autre révolution et cette fois américaine, la création des X-men. Les mutants de Charles Xavier et de Magneto sont un parfait exemple du parallèle qui peut être fait avec les événements de la Seconde Guerre Mondiale. Les mutants peuvent être perçus comme les nouveaux juifs. Ils seront persécutés par les gens « normaux » et seront même exterminés. Les mutants vont également devoir se cacher. L’exposition revient alors avec la scène mémorable d’ouverture du premier X-men par Bryan Singer.

À la fin de cette exposition, Shoah et bande dessinée, vous pourez profier d’une salle entièrement dédié à la lecture. Un grand choix de bande dessinée vous est proposé pour ainsi mettre en image tous les titres que vous allez voir durant l’exposition.
Nous vous conseillons également de vous procurer le catalogue de l’exposition qui est un très bel objet d’Histoire, de mémoire mais également de neuvième art.

Pour finir, il est important de noter qu’avec la disparition progressive des témoins de la Shoah, la mémoire repose sur les nouvelles générations : historiens, écrivains, cinéastes, peintres, documentalistes mais aussi les auteurs de bande dessinée. La fiction va alors se saisir de la Shoah, la modifier, la transformer, la sublimer, la banaliser, la normaliser et même la trahir dans certains cas. La Shoah est donc entrée dans l’art pour le meilleur et pour le pire.

Cerise sur le gâteau, je vous propose une sélection de bandes dessinées en rapport avec le thème

  • Maus d’Art Spiegelman
  • V pour Vendetta d’Alan Moore et David Loyd
  • X-Men : Magneto Testament numéro 1 à 5 de Greg Pak, Marko Djurdjevic (dessin de la couverture) et Carmine Di Giandomenico (dessin intérieur)
  • Triangle rose de Miroslav Dragan et Milorad Vicanovic-Maza
  • Master Race de Bernard Krigstein et Al Feldstein
  • XXe ciel d’Islaire

Pour en savoir plus, je vous invite à vous rendre sur le site de l’exposition. N’hésitez surtout pas à franchir la porte du Mémorial de la Shoah.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Cat dit :

    Merci pour cette chronique. L’affiche est sublime. Je ne manquerai pas d’y aller. Passe une belle journée!

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      C’est avec plaisir 😉 J’espère que tu passeras un agréable moment en compagnie de toutes ces affiches et planches de bandes dessinées. En plus d’être belle, l’affiche existe en marque page et c’est encore plus cool !
      Bonne journée à toi aussi !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s