Le procès Klaus Barbie. Lyon, 1987 – une exposition à voir au Mémorial de la Shoah à Paris

le

Bonjour à tous,

C’est avec une nouvelle exposition que je reviens vers vous en cette journée. Nous avons eu l’opportunité de la visiter lors de notre séjour à Paris.

Le procès de Klaus Barbie a eu lieu dans la ville de Lyon entre le 11 mai et le 4 juillet 1987. C’est à l’occasion du trentième anniversaire de cet événement que le Mémorial de la Shoah a décidé d’organiser une exposition à ce sujet.

Pour ceux qui ne savent pas où se trouve le Mémorial de la Shoah, je les invite à se rendre dans le quatrième arrondissement pour visiter ce haut lieu de mémoire.

 

Retour sur le passé d’un homme cruel

klaus barbie

Le procès Klaus Barbie. Lyon, 1987 revient sur tout d’abord sur le passé de cet homme.
Klaus Barbie est né le 15 octobre 1913 et rejoint très tôt les jeunesses hitleriennes. Dès 1935, il est recruté par le SD, service de sécurité du parti nazi. Il est envoyé par la suite à Amsterdam puis en France à partir de 1942. Il prend très rapidement la direction de la SIPO-SD de Lyon. Il deviendra par la suite le responsable de section IV, c’est-à-dire de la Police secrète d’État.

C’est à Lyon qu’il fera régner la terreur et la barbarie. Surnommé « Le boucher de Lyon », il commande des exécutions, des arrestations, ainsi que des rafles de juifs. C’est également lui qui est à l’origine de l’arrestation de Jean Moulin le 21 juin 1943, puis de sa torture.
Klaus Barbie est également à l’origine de la déportation de 44 enfants juifs de la colonie d’Izieu dans l’Ain avec leurs 7 accompagnateurs, le 6 avril 1944.

Malgré les faits qui lui sont reprochés Klaus Barbie reste fidèle à sa réputation mais surtout à l’idéologie nazie qu’il suivra jusqu’à la fin de sa vie.

Des enjeux politiques glaçants

C’est dans la deuxième partie de l’exposition que l’histoire devient encore plus glaçante. Klaus Barbie a réussi l’impossible, il s’est enfui lors de la libération. Les services secrets vont le chercher activement en Allemagne alors que Klaus Barbie est engagé par le contre-espionnage américain (CIC) entre 1947 et 1951.
Pourquoi un tel recrutement ? Et bien car Klaus Barbie a une bonne expérience du renseignement mais il est surtout apprécié des américains pour son anticommunisme.

Plusieurs fois, Klaus Barbie est entendu par les autorités françaises au sujet du procès René Hardy, accusé d’avoir vendu Jean Moulin aux Allemands. Les français ont demandé plusieurs fois l’extradition de Klaus Barbie mais les américains ont refusé de livrer l’ancien chef de la Gestapo de Lyon.
En 1952 et 1954, lors de différents procès du tribunal militaire Klaus Barbie est condamné à mort pour arrestations, pillages, tortures et exécutions massives d’otages.

Les enjeux étant déjà glaçant, les américains en rajoutent une couche en aidant Klaus Barbie a changé de vie et d’identité. Klaus Barbie devient Klaus Altmann et vit en Bolivie. Il mettra a profit son savoir faire au service de la junte militaire de Bolivie. Puis c’est au tour des services de renseignements allemand de l’employer jusqu’en 1966…

Une première en France

Le procès de Klaus Barbie est le premier où un seul homme comparait devant une juridiction française et non un tribunal militaire sous l’accusation de crimes contre l’humanité, que Klaus Barbie réfute.

Jacques Vergès, avocat de la défense, et Klaus Barbie

Ce procès aura duré huit semaines et a été enregistré dans son intégralité. D’ailleurs, vous pourez visionner l’intégralité de ce procès lors de votre visite. Ce procès filmé a été rendu possible par Robert Badinter, alors garde des sceaux. Il autorise les caméras a entrer dans le tribunal lorsque l’instruction porte un intérêt pour la constitutions d’archives historiques.
Le procès prend alors une tournure inédite en France et permet de mettre en lumière ce procès. La ville de Lyon sera sous pression durant les huit semaines d’instructions et le public sera, à la fois ému et en colère, face à ce procès.

Procès Klaus Barbie

Le procès de Klaus Barbie permettra aux victimes du « Boucher de Lyon » de s’exprimer sur les supplices qu’ils ont vécu. Le point d’orgue du procès retentit lors du témoignage de la directrice de la colonie d’Izieu qui, je le rappelle, a vu 44 enfants et 7 instructeurs (dont son mari) déportés par les ordres de Klaus Barbie.
C’est à partir de ce procès que la Shoah ainsi que le rôle de Vichy commence à être enseigné dans les écoles.

Klaus Barbie verdict jugement

Même si l’exposition Le procès Klaus Barbie. Lyon, 1987 n’est pas très joyeuse, elle est tout de même construite de façon à vous faire comprendre la vie et les enjeux du procès de cet homme.
Le procès Klaus Barbie. Lyon, 1987 est une exposition à voir jusqu’au 15 octobre 2017.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Aurore dit :

    Ce nom est sinistrement connu, et d’ailleurs associé à Maître Verges … Une belle expo surement, mais un peu marre de tous ces monstres 😦

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Celle sur la bande dessinée est beaucoup moins difficile à appréhender !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s