V pour Vendetta : une ode à la liberté par Alan Moore et David Lloyd

1997, une Angleterre qui aurait pu exister… Dirigé par un gouvernement fasciste, le pays a sombré dans la paranoïa et la surveillance à outrance. Les « ennemis politiques » sont invariablement envoyés dans des camps et la terreur règne en maître. Mais un homme a décidé de se dresser contre l’oppression. Dissimulé derrière un masque au sourire énigmatique, il répond au nom de V : V pour Vérité, V pour Valeurs… V pour Vendetta !

Avant de débuter cet article, je tenais à remercier mon amoureuse pour ce fabuleux cadeau et cette attention qui me touche énormément. V pour Vendetta est une bande-dessinée qui me tente énormément depuis quelques semaines. Je connais très bien l’adaptation qui en a été faite par les soeurs Wachowsky et réalisée par James McTeigue (elle fait partie de mes films favoris). C’est donc avec impatience que je me suis plongé dans ce bel ouvrage pour ensuite profiter de ma lecture et des fabuleux dessins de David Lloyd.

L’image au service de la narration

V pour Vendetta est un travail de longue haleine qu’ont fournit Alan Moore et David Lloyd. Cette histoire est réalisée par les deux compères entre 1982 et 1990. Le développement fut assez long puisqu’aucun des deux n’avaient une idée précise de l’histoire ainsi que de l’imagerie. V pour Vendetta est ainsi la première tentative d’une série longue par Alan Moore et nous savons aujourd’hui que ce n’est pas la seule puisqu’il se lancera dans la création de la série Watchmen.

L’intrigue de V pour Vendetta se développe progressivement et assez maladroitement au début. Alan Moore dira par la suite qu’il n’avait pas encore vraiment réfléchi à la suite mais qu’il ne regrette absolument pas de l’avoir laissé comme cela dans l’intégrale de la série.
C’est principalement par le dessin de David Lloyd que l’histoire a vraiment pris racine. En effet, Alan Moore voulait implanter son histoire dans les années 30 en s’inspirant de personnages tels que Zorro ou encore Robin des bois. Cependant, la tache de retranscrire un univers aussi riche que les années 30 a freiné l’ambition du scénariste. David Lloyd arrivera avec l’idée du héros masqué pour contrecarrer une politique fasciste.

V pour Vendetta révolutionne la façon dont est écrit une bande-dessinée. En effet, David Lloyd décide d’enlever les ballons de pensées pour ainsi permettre à l’image de s’exprimer davantage. Le pari est gagné puisque V pour Vendetta offre des passages vraiment éprouvants et oniriques. Il est souvent impossible de savoir qui parle ou ce qui est cité, mais cette idée permet également de créer un héros assez particulier.
De plus, les dessins de David Lloyd sont assez particuliers puisqu’ils sont assez sombre. Les personnages sont identifiables pour certains et pour d’autres cela devient plus difficile. Cependant, les dessins sont absolument parfaits, les couleurs et les lumières sont parfaitement exploitées. Il n’y a alors aucun besoin de texte pour comprendre l’action qui est en jeu.

La période Margaret Tatcher comme inspiration

Alan Moore et David Lloyd expliquent qu’ils se sont fortement inspiré du pouvoir conservateur de Tatcher pour créer l’univers de V pour Vendetta. Les deux créateurs n’avaient plus aucune foi en l’Angleterre. Ils la voyait dépérir et plonger dans l’ombre du populisme. Aucun des deux ne voulaient rester plus longtemps en Angleterre…
C’est pourquoi l’oeuvre finale est sombre mais porteuse de différents messages et d’espoir. Car oui, V pour Vendetta est une ode à la liberté et à la libération des esprits face à l’obscurantisme.
Alan Moore et David Lloyd vont donc s’attaquer à divers sujets tels que l’anarchisme, le nucléaire, l’antifascisme, l’autoritarisme, l’obéissance aveugle de la société, la télé-surveillance, la corruption ou encore le terrorisme d’État.

Alan Moore et David Lloyd se sont alors inspiré de George Orwell, de Blade Runner, ainsi que de Batman pour créer un univers bien à eux. Le héros de cette histoire est assez mystérieux, d’une part car il porte constamment le masque de Guy Fawkes et d’autre part car il cite à longueur de temps des oeuvres shakespeariennes. On ne peut donc savoir si cet homme est sérieux ou non. Ce qui le rend ainsi plus énigmatique. V est un personnage meurtri, abîmé et instable psychologiquement. Alan Moore et David Lloyd nous laisse le soin de juger les actions de V, jamais les deux créateurs ne vous guideront vers ce qui est bien ou non.

Pour finir, si vous aimez les récits prenants, épiques et qui font réfléchir sur notre société, V pour Vendetta d’Alan Moore et David Lloyd est fait pour vous. Il faut également savoir que V pour Vendetta est la première véritable bande-dessinée pour adulte. Le message peut alors paraître complexe à certains moments. Mais c’est une oeuvre que vous pourrez relire de nombreuses fois tout en découvrant de nouvelles choses puisque votre culture aura grandi au fil des années.

 

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je ne me suis jamais plongée dans cette oeuvre mais l’histoire me tente énormément !

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Je ne peux que t’encourager à te lancer car l’histoire vaut vraiment le détour 😉

      Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s