La conjuration primitive de Maxime Chattam : une plongée dans la folie des hommes

Les enquêteurs les surnomment La Bête et le Fantôme… Si les meurtres qu’ils commettent ne se ressemblent pas, leur sauvagerie est comparable. Et que penser de cette mystérieuse signature commune – *e – qui écarte la piste de serial killers isolés ? Les tueurs se connaissent-ils ?
Mais bientôt, La Bête et Le Fantôme ne sont plus seuls. Les crimes atroces se multiplient, d’abord en France, puis à travers l’Europe tout entière.
La prédation à l’état brut. Une compétition dans l’horreur…
Pour tenter d’enrayer cette épidémie, et essayer de comprendre : une brigade pas tout à fait comme les autres, épaulée par un célèbre profiler.

De base, je n’étais pas du tout parti pour lire ce roman. Je devais dévorer Meurtres pour rédemption de Karine Giebel. Cependant, quelques jours avant mon départ pour Nantes, je suis tombé sur l’article d’Anaïs Serial Lectrice traitant de sa lecture de La conjuration primitive de Maxime Chattam. Ses mots et ses conseils m’ont convaincu de changer d’idée et de me plonger dans ce Maxime Chattam.
Comment vous dire que ce livre est une merveille du genre. C’est simple, je n’ai relevé la tête qu’au bout de six heures de trajet pour refermer le roman.

La conjuration primitive : encore plus fort que la trilogie du Mal ?

Maxime Chattam nous lance directement dans le bain. On retrouve un enquêteur de la gendarmerie seul sur la route qui va tenter de faire venir le meilleur profiler sur son enquête qui est assez particulière. En effet, la France est sous les griffes de deux tueurs complètement différents au niveau des méthodes. L’un est méthodique et prudent, l’autre est une brute qui arrache des morceaux de ses victimes. Cependant ces deux monstres partagent la même signature qu’ils diffusent à chaque meurtre ( *e).
Maxime Chattam nous plonge dans la folie humaine… Pédophilie, meurtre, cannibalisme, viol, tout y passe. Cependant, Maxime Chattam ne lâche pas cette folie comme ça, il l’accompagne d’une certaine réflexion très pertinente sur le rythme de notre vie qui rendrait les gens de plus en plus fou. De plus, Maxime Chattam prône le droit à la différence, même pour les monstres. Bien sûr nous verrons que cette proclamation à ses limites.

Avec la multitude de meurtres, plus atroces les uns que les autres, Maxime Chattam signe jusqu’ici son roman le plus sombre et le plus fou. Cependant, il ne nous plonge pas en direct dans les meurtres. Nous arrivons juste après la découverte des corps permettant ainsi d’être moins sanglant mais d’avoir toujours cette petite pointe de malaise propre à l’univers de l’auteur.

Un roman au rythme intense

Maxime Chattam développe cette folie des hommes avec brio. Le rythme est intense, sans temps mort ou presque, mais je vais y revenir, il y a de nombreux rebondissements, un caméo qui fera plaisir aux fans, et nous voyageons énormément avec les personnages : France, Écosse, Pologne et Canada. Nous suivons avec acharnement les enquêteurs sur les multiples scènes de crimes et nous apprenons également comment les autres services européens et internationaux fonctionnent. Le rythme est donc tellement prenant et rapide qu’il est difficile de se détacher de ce roman.

Malgré ce rythme infernal, Maxime Chattam n’oublie pas de développer la psychologie de ses personnages. Nous assistons donc à des scènes de vie entre les personnages. On côtoie la folie mais aussi les doutes de l’inspecteur, l’amour et l’amitié. Ces différents passages permettent de respirer un peu mais aussi d’avoir comme une bouée de sauvetage ou un phare nous guidant dans l’obscurité. D’ailleurs, Maxime Chattam remercie sa femme pour lui avoir donné un rythme de vie normal durant l’écriture pour ne pas sombrer dans cette folie.

Le final de ce roman est époustouflant, La conjuration primitive va réellement jusqu’au bout de son analyse et donne une autre dimension à ce roman. L’explication est sensationnelle et donne de nombreux frissons. On voit parfaitement avec cette fin que l’Homme est capable de toutes les folies, que l’Homme est capable de détruire psychologiquement les autres.

Vous l’aurez compris La conjuration primitive est un gros coup de coeur. C’est le meilleur roman de Maxime Chattam que j’ai pu lire jusqu’à présent. Intensité, folies meurtrières et différences sont au programme de ce thriller implacable.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s