Annabelle 2 : la création du mal de David F. Sandberg

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vais vous parler du film Annabelle 2 : la création du mal qui est sorti dans les salles obscures depuis le 9 août dernier.
Tout d’abord, il est important de noter que je n’avais pas vu le premier Annabelle et que je n’avais pas trop vu d’images ou de vidéos à propos de ce deuxième opus. Une des seules fois où j’ai pu apercevoir cette Annabelle, c’était dans le film Conjuring.

C’est donc sans aucune attente et sans aucun visuel que je suis allé voir ce film au cinéma. J’avais lu qu’il y avait eu quelques soucis de comportement dans différentes salles, j’ai donc pris les devant et je suis allé le voir en VOST. Ce fût une très bonne idée puisque nous n’étions que trois dans la salle

abl200_anna2_trlr_1_scp_txt_bt1886_090916.0000838.tif

Elle est de retour ! Encore traumatisés par la mort tragique de leur petite fille, un fabricant de poupées et sa femme recueillent une bonne sœur et les toutes jeunes pensionnaires d’un orphelinat dévasté. Mais ce petit monde est bientôt la cible d’Annabelle, créature du fabricant possédée par un démon…

Une mise en place assez lente pour faire monter les frissons

Annabelle 2 : la création du mal revient sur les raisons de la naissance de la poupée maléfique. Nous allons donc suivre, dans les premières minutes, la famille Mullins dont le père fabrique des poupées en porcelaine. Après la mort tragique de leur petite fille, le couple se reconstruit en recueillant une bonne soeur et des jeunes orphelines.
La mise en place du film se fait en douceur et lentement. Le réalisateur laisse le temps aux personnages de s’installer et de parler d’eux afin de nous faire ressentir des émotions pour eux.

ABL202_007.tif

Nous avons alors le droit à des plans magnifiques de la demeure et des alentours, afin de nous monter l’immensité de la maison mais également du vide autour de celle-ci.
David F. Sandberg travaille sur l’ambiance et sur les petits bruits pour installer un sentiment d’inquiétude. Ce sentiment va s’accentuer dès la première nuit dans la demeure. Le plancher va craquer, les portes vont s’ouvrir, se fermer seules et nous sentons la présence de la poupée.

Les plans où Annabelle apparaît sont assez dérangeants, malsains. Elle nous met facilement mal à l’aise. Enfin sur moi ça fonctionne puisque je déteste les poupées en porcelaines.
Une fois que tout se met en place, l’horreur est présent. Le réalisateur joue avec les ombres, le noir, les bruits de pas et la poupée qui bouge toute seule. Tout cela m’a donné l’impression que le réalisateur jouait avec la peur que tous les enfants ont, celle du noir.
David F. Sandberg joue donc avec de vieux artifices pour nous faire peur et je trouve que c’est assez convaincant. Cependant, les quelques parties gores sont un peu de trop et le récit est un peu trop simple.

_T2A7437.dng

Une bonne mise en scène et des acteurs convaincants

Annabelle 2 : la création du mal de David F. Sandberg offre de magnifiques mouvements de caméra qui changent beaucoup des films d’horreurs classiques. Par exemple, lorsqu’une des enfants ouvrent la porte, la caméra arrive sur un autre plan avec les personnages secondaires entrant dans une pièce inconnue.
La mise en scène sort alors du lot par rapport à d’autres films. On sent que David F. Sandberg a voulu revenir à une mise en scène comme nous avons pu le voir dans Conjuring. Cependant, nous en sommes tout de même assez loin au niveau de l’horreur. Dans Annabelle 2 : la création du mal les scènes de frissons sont assez convenues et attendues.

Annabelle creation

Le gros point fort de ce nouvel opus vient du jeu des deux jeunes actrices. On ressent la sincérité et le plaisir de jouer au travers de leurs personnages. Elles arrivent parfaitement à retranscrire la vie de jeune fille avec les joies, les doutes, les peurs et la jalousie. Talitha Bateman et Lulu Wilson jouent très bien et on un sacré avenir dans le monde du cinéma.
Le reste du casting est tout de même en demi-teinte puisque les autres jeunes filles sont assez inutiles, au niveau de l’intrigue mais également au niveau de leur jeu. Anthony LaPaglia jouant le rôle du père Mullins est un peu moyen puisque le personnage est assez bourru suite à la mort tragique de sa fille mais tout en sachant le pouvoir maléfique d’Annabelle, il met du temps à comprendre qu’elle est revenue au plus haut niveau…

ABL202_080.tif

Annabelle 2 : la création du mal de David F. Sandberg est donc une très bonne surprise pour moi puisqu’il propose un film d’horreur parfaitement dosé et dont les deux acteurs principaux sont très convaincants. Les scènes où Annabelle apparaît sont dérangeantes et malsaines provoquant ainsi une certaine peur.
Le récit reste assez simple mais le film est tout de même moins impacté puisque nous connaissons forcément la fin avant d’avoir vu le film.

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. auroreinparis dit :

    Est-ce que c’est vraiment le film qui fait le plus peur comme le proemt l’affiche ? Bon j’avoue que ça ne me dit pas grand chose ce type de film, mais j’étais curieuse de lire un avis !

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Le plus peur, je ne pense pas. Je crois que de nombreux films utilisent se terme pour mieux se vendre !
      Bon après je t’avoue que j’ai eu quelques moments de sursauts mais ça vient du fait que je ne connaissais pas du tout l’univers et puis au cinéma ça amplifie le tout 😉

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s