Green Blood de Masasumi Kakizaki

Bonjour à toutes et à tous,

On se retrouve aujourd’hui pour parler une nouvelle fois d’un manga et plus particulièrement de Green Blood de Masasumi Kakizaki.
Pour la petite histoire, Green Blood est le premier manga que je découvre par moi-même et c’est également mon tout premier coup de cœur, alors je me devais de vous en parler. Au début, je voulais vous faire une petite review après chaque lecture de tome, mais il se trouve que je n’ai pas le talent de Xander ou d’Allandryll pour le faire. Je vais donc vous faire un avis sur une série de manga seulement quand j’aurais terminé la lecture entière de celui-ci.

tomabooks-Masasumi-Kakizaki-green-blood

Partez à la conquête de l’ouest

Le mangaka Masasumi Kakizaki décide de partir dans les contrées du western, afin de nous conter une histoire épique et grandiose sur seulement cinq volumes. Ce sont ces deux critères qui m’ont fait lire ce manga et je ne regrette absolument pas.
Green Blood se déroule sur plusieurs années, ainsi que dans certaines villes des USA. L’histoire débute dans le quartier de Five Points à New York où les immigrés irlandais ont pris le pouvoir. Différent gang vont se battre pour avoir le contrôle de ce quartier. Pour vous faire une petite idée, le premier arc narratif et les décors du quartier pourront vous faire penser au film Gang Of New York de Martin Scorsese. La loi du plus fort est à son comble, le quartier croule sous la violence et la pauvreté. Dans cet univers de désolation, nous allons suivre deux personnages, deux frères aux caractères opposés, mais j’y reviendrais par la suite.
Dans un premier temps, Green Blood se concentre sur cette guerre des gangs faisant rage dans ce quartier de Five Points et l’auteur réussit déjà l’exploit de nous intégrer pleinement dans cette ville sombre, sale et violente.
La suite de cette histoire se déroulera dans différents états des USA où nous allons suivre nos deux héros. Ce petit road trip permet à Masasumi Kakizaki de développer son univers et de le rendre encore plus riche. Nous atterrissons dans les petites villes et nous faisons la connaissance du shérif, nous entrons dans les saloons et nous assistons aux duels d’armes à feu. Green Blood se veut le plus réaliste possible, même s’il est de bon ton de noter que le mangaka est tout de même influencer par les films que le genre du western a pu nous apporter. Bien plus qu’une influence, Masasumi Kakizaki construit un véritable hommage à ce genre et ce fut pour mon plus grand plaisir.

tomabooks-green-blood

L’histoire est assez dense et se lit rapidement. Elle n’est pas extraordinaire, mais nous suivons avec appétit cette quête. L’histoire prend toute son ampleur grâce à l’univers et aux dessins de Masasumi Kakizaki. L’univers dépeint est très sombre et c’est avec ses dessins que le mangaka nous le prouve. En effet, on retrouve des pleines pages d’encre noire, sans pour autant en faire trop. Les traits de Masasumi Kakizaki sont secs, violents et représentent parfaitement l’univers de cette conquête de l’ouest. Ce noir apporte un souffle épique à cette aventure et nous transporte dans sa bestialité.
Cependant, Green Blood est aussi un manga traitant de la société de l’époque et le mangaka évoque les conditions lamentables de vie des immigrés irlandais dans ces quartiers, la misère sociale est importante dans ce monde et le mangaka nous le montre de façon réaliste. Ils sont beaucoup à vouloir toucher le rêve américain du bout des doigts. Masasumi Kakizaki évoque également la question du racisme et de la perte des terres, notamment lorsqu’il aborde l’arc narratif avec les amérindiens qui se font battre par la puissance de feu des troupes ennemis.
Green Blood est donc bien plus qu’un hommage, puisque c’est également une oeuvre qui se veut sociale et historique. C’est là que le mangaka tire son épingle du jeu.

Deux frères unis pour la vie

Green Blood conte l’histoire des frères Burns, Luke et Brad. Les deux frères sont complètements différents, mais sont unis par des liens très forts. Luke est le plus jeune des deux et c’est celui qui travaille sur le port, à la limite de l’esclavage. C’est un être candide, qui ne supporte pas la violence et qui voue un dégoût profond pour les gangs qui sévissent dans le quartier. Brad quant à lui dors la journée et travaille la nuit dans le plus grand secret. Il est le Grim Reaper (La faucheuse), le tueur à gage du plus gros grand gang de Five Points. C’est un être mystérieux, quasi mystique pour certains, qui chasse ses proies, afin d’avoir de l’argent pour retrouver la trace de son père.
Vous l’aurez compris, Brad est obligé de mentir à son jeune frère, car il a peur de le décevoir. Une lutte intérieure se joue en lui et Luke lui sert de rayon de soleil en quelques sortes.

tomabooks-green-blood-Masasumi-Kakizaki
Au début de l’histoire, nous allons alterner notre empathie sur les deux personnages, puis différents changements vont faire en sorte que les deux personnages vont être intéressants. D’autres figures vont graviter autour d’eux et des changements vont s’opérer. Le changement psychologique est vraiment intéressant à suivre dans cette histoire et nos deux héros vont vraiment changer, afin de mieux se comprendre.
En plus de nos héros, Masasumi Kakizaki a su créer des antagonistes de qualité. Les différents membres des gangs sont tous travaillés, ce qui permet d’avoir des affrontements et des dialogues d’anthologies. La violence devient crédible avec ces personnages et la folie n’est pas très loin.
Cependant, une petite lueur d’espoir n’est jamais très loin et le mangaka nous offre des relations humaines optimistes, même dans les pires moments.

Vous l’aurez compris, Green Blood a été un véritable coup de cœur pour moi. Le mangaka Masasumi Kakizaki a su me transporter dans son univers graphique à la fois sobre et violent. L’histoire permet de nous faire voyager au temps de la conquête de l’ouest et de nous faire côtoyer des personnages de qualités, ayant de grandes valeurs morales. C’est un sans faute pour moi et je vous conseille fortement de vous le procurer.

8 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Xander dit :

    J’adore ce que fait le mangaka sur Bestiarius, celui-ci me tente beaucoup aussi 😍

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Alors ça devrait beaucoup te plaire, même si le dessin est plus sage sur Bestiarius à mon goût 😊

      Aimé par 1 personne

      1. Xander dit :

        D’accord, j’en prends note !
        Merci 🙂

        J'aime

  2. ça m’a l’air vraiment top comme manga ! Merci pour la découverte !

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      J’espère que tu vas apprécier ta découverte 😀

      J'aime

  3. angelakoala dit :

    Après que tu me l’ai fait découvrir je l’ai commencé et j’aime vraiment beaucoup, c’est seulement il y a 2 semaines que je me suis rendue compte que c’est le même mangaka que Bestiarius (je les ai tous mais pas encore commencés ^^)

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Je ne vais pas te cacher que je l’ai vu il y a quelques jours… Je trouve les dessins assez différents et le scénario est aussi moins sombre. J’espère que tu vas passer un bon moment dans le Far West

      Aimé par 1 personne

      1. angelakoala dit :

        Merci 😉

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s