Ghostland de Pascal Laugier

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour… Qu’est-ce que je raconte… Non, je reviens vers vous pour vous parler d’un film d’horreur réalisé par Pascal Laugier, qui est actuellement au cinéma. Ghostland est donc le tout dernier film du réalisateur français, qui nous avait déjà offert Saint-AngeMartyrs et The Secret.
Bien que Martyrs soit insoutenable à regarder, avec sa violence physique, psychologique et son gore, le film restera dans mon esprit toute ma vie. Ghostland m’a tout de suite donné envie, même si je n’avais pas vu la bande-annonce. J’ai voulu aller voir ce film en connaissant le moins de choses possible et j’ai espéré que Pascal Laugier me remette une claque.
Est-ce que le réalisateur a réussi son coup ? Je peux dire que oui.

tomabooks-affiche-ghostland-pascal-laugier

Synopsis :

Suite au décès de sa tante, Pauline et ses deux filles héritent d’une maison. Mais dès la première nuit, des meurtriers pénètrent dans la demeure et Pauline doit se battre pour sauver ses filles. Un drame qui va traumatiser toute la famille mais surtout affecter différemment chacune des jeunes filles dont les personnalités vont diverger davantage à la suite de cette nuit cauchemardesque.
Tandis que Beth devient une auteur renommée spécialisée dans la littérature horrifique, Vera s’enlise dans une paranoïa destructrice. Seize ans plus tard, la famille est à nouveau réunie dans la maison que Vera et Pauline n’ont jamais quittée. Des événements étranges vont alors commencer à se produire…

Violent et brutal

Avant de commencer, je tiens à préciser une petite chose. Dans cet article, je vais avant tout vous parler de ce que j’ai ressenti durant ma séance et je ne parlerai pas vraiment de l’histoire, car Ghostland doit se découvrir. J’ai vraiment peur de vous spoiler, mais allez-y sans hésiter, car le film en vaut vraiment le coup. L’avis sera donc plus court qu’à l’accoutumé, mais il est important de parler de ce film, pour en voir plus au cinéma.

tomabooks-ghostland
Je ne vais pas y aller par quatre chemins, mais Pascal Laugier m’a encore mis une claque. Ghostland fait parti de ces films d’horreur qui resteront en mémoire. Le réalisateur offre une expérience cinématographique oppressante, malsaine et brutale. Dès les premiers instants, l’ambiance se met en place et elle ne vous lâchera plus. J’ai rarement été autant sous tension durant le visionnage d’un film d’horreur et je pense que cette affirmation veut tout dire.
Ghostland est, pour moi, LE film qui mélange et résume tout ce que Pascal Laugier a essayé de nous raconter dans ses précédents longs-métrages. Le film est à l’image de Martyrs, une oeuvre folle qui ne laisse pas indemne. Je tiens tout de même à vous rassurer, Ghostland est moins insoutenable que Martyrs. Il n’y a pas réellement de scènes gore, mais la violence physique et psychologique est réellement présente. Comme je le disais, le film instaure une sensation oppressante qui ne va pas vous lâcher tout au long de cette histoire. Les événements et les différents traitements pourront paraître déjà vu pour certains d’entre vous, mais si vous entrez dans l’univers du réalisateur, tout ceci vous semblera futile, car vous allez vivre l’angoisse de cette histoire. Personnellement, je me suis tellement laissé embarquer dans cette histoire, que je n’ai pas vu le fil rouge du scénario. Je me suis entièrement fait surprendre et j’en redemande, car c’est signe d’une réussite pour moi.
Je ne vais pas dire que la violence et la brutalité m’a étonné dans ce film, car je connais le travail de Laugier, mais cette brutalité est tout de même impressionnante à l’écran. Ghostland nous agresse, ne lâche pas et bizarrement cette sensation fait du bien, car elle manquait dans le cinéma d’horreur en ce moment. Bien évidemment le style cru et direct de Pascal Laugier pourront déranger certaines personnes et je peux le comprendre. Certains passages sont assez difficiles à supporter, mais je n’en dirais pas plus, car vous devez aller au cinéma sans en savoir davantage.
tomabooks-ghostland-pascal-laugier

Casting gagnant

Comme je le disais précédemment, il est important de parler de ce genre de cinéma, notamment quand on a aimé le film, car cela permet à d’autres films, réalisateurs et réalisatrices d’émergés. Ghostland n’est diffusé que dans 200 salles, ce qui est déjà bien pour un long métrage de ce genre, mais je pense que le film aura du succès et notamment grâce à un choix de casting qui pourra paraître, pour certains, assez inattendu. En effet, nous pouvons retrouver Mylène Farmer à l’affiche de ce film d’horreur. Bon, Pascal Laugier a travaillé avec cette artiste il y a quelques années, puisqu’il a réalisé le clip de City Of Love (2015). De plus, je trouve que le choix de Mylène Farmer est assez justifié, car l’univers se rapproche de celui de la chanteuse, même si je ne connais pas très bien l’artiste. N’en déplaise au réfractaire (j’en faisais parti), Mylène Farmer joue bien dans Ghostland. Elle apporte une sorte de douceur froide, une mélancolie qui colle parfaitement à un des thèmes de l’histoire. Je n’ai parlé que de la brutalité et de la violence, mais sachez qu’une certaine douceur se dégage de quelques scènes.
tomabooks-ghostland-farmer
Le choix de mettre Mylène Farmer au casting est une décision qui va faire que Ghostland va réussir à se vendre. Il suffisait de voir la salle de projection hier, où 95% des spectateurs sont venus voir le film pour cette artiste.
Le reste du casting est également très bon et les actrices réussissent à nous faire passer par différentes émotions durant la totalité du long-métrage. Elles nous intriguent, nous font peurs, mais elles nous touchent également énormément.
Voilà, je vais m’arrêter ici pour ne pas en dire plus. J’aurai voulu vous en dire plus, car il y a tout de même beaucoup de choses à analyser, que ce soit en termes de réalisation ou dans les thèmes abordés. Cependant, comme je vous l’ai dit, il est important de ne pas en savoir trop sur Ghostland, afin de se faire surprendre par cette histoire folle. Alors, si vous êtes prêt à subir une certaine violence physique et psychologique, ce film est fait pour vous. L’interdiction au moins de 16 ans est justifié, car il n’y a pas beaucoup de gore, même si certaines scènes sont assez insoutenables psychologiquement.
J’espère en tout cas que cette non analyse du film vous aura, tout de même, donné envie de vous rendre au cinéma.
tomabooks-ghostland-lagier

8 commentaires Ajouter un commentaire

  1. J’ai vraiment très envie de le découvrir, pour le coup !

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Je pense que tu vas te prendre une bonne petite claque 😀

      J'aime

  2. angelakoala dit :

    Quand j’étais ado j’étais fan de films d’horreur (mais pas les films de boucherie tout du long), j’ai regardé Martyrs, et j’ai été totalement traumatisée! LOL!
    Déjà je n’ai pas put le finir tellement c’était gore, mais finalement ce n’est pas le côté dégueu qui m’a traumatisée mais le côté psychologique, si d’habitude j’arrivais très bien à dormir après un film d’horreur même si j’avais flippé pendant le film, je me suis sentie mal pendant quelques jours en me demandant comment on pouvait penser à des choses pareilles. La preuve que le film m’avait parfaitement touchée. Du coup je pense que les films de cet auteur sont juste trop pour moi.

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      J’ai toujours été fan et ça ne va pas changer. J’adore la sensation que l’on retrouve et pour le coup Laugier est un grand 🙂
      Je comprends totalement pour Martyrs, car il est vraiment dur à voir. Je l’ai encore en tête depuis des années… Ghostland est moins dur, car il n’y a pas autant de sang ! Par contre, c’est tout aussi brutal.

      Aimé par 1 personne

  3. Alberte Bly dit :

    Belle chronique! Je te rejoins sur certains point même si mon avis semble plus mitigé! Aha

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Je viens de lire ton avis et en effet on partage beaucoup de choses. Je t’ai laissé un commentaire pour revenir sur les grosses ficelles et la non réussite de l’effet horrifique. C’est surtout la brutalité qui nous scotche au siège, comme pour Martyrs 😀

      J'aime

  4. bookspassion dit :

    Tu m’as aidé à trancher, j’ai très envie de le voir ! Maintenant, est-ce que je vais au cinéma ou est-ce que je le regarde tranquillement chez moi pour pouvoir réagir et crier à ma guise, j’y réfléchis encore :p

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Le cinéma me semble être la meilleure option si tu veux vivre le film pleinement :p Mais je suis heureux d’apprendre que j’ai pu t’aider à vouloir le voir 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s