Hideout de Masasumi Kakizaki

Bonjour à toutes et à tous,

On se retrouve aujourd’hui avec un article un petit peu spécial, puisque je vais vous parler d’un manga. Hideout est un One Shot écrit et dessiné par Masasumi Kakizaki (Green BloodBestiarius). Comme vous le savez, je vais essayer de vous parler d’un manga de temps en temps. Cependant, comme je n’ai pas le talent de mes confrères et consœurs, je me focalise sur un article traitant d’une série terminée, afin d’avoir plus de matières.
Comme je le disais, Hideout est un One Shot, je peux donc vous en parler plus longuement dans cet article. Ce qu’il faut savoir, c’est que le titre était dans ma liste de lecture depuis un petit moment. Hideout revenait souvent dans les conseils que l’on m’a donnés et je dois dire que l’histoire me donnait très envie. J’ai enfin pu tomber sur le manga dans ma boutique préférée et je me suis donc lancé dans cette histoire.
Du coup, Hideout vaut-il le coup d’être lu ? Totalement et je vais tenter de vous dire pourquoi dans un article assez court.

dav

Les ténèbres d’une forêt plongée dans la nuit. Sous une pluie battante, un homme déterminé traque une victime terrifiée. La décision de Seiichi Kirishima est prise : ce soir, il va tuer sa femme.
Pourtant, un an plus tôt, c’était un homme heureux. Écrivain à succès, mari comblé et papa d’un jeune garçon…

Une descente en enfer…

On va commencer par le plus évident ou par ce qui vous intéresse le plus, Hideout est un manga de type Seinen et s’apparente à une histoire horrifique. Inutile donc de vous préciser qu’il ne faut pas mettre cette histoire entre toutes les mains…
Hideout est une petite réussite du genre, car le mangaka Masasumi Kakizaki réussit à mettre une place une ambiance étouffante et malsaine dès les premières pages.  On découvre assez rapidement que notre héros ne sera pas un personnage principal lambda, loin de là. Hideout se démarque par une narration qui réussit à nous emmener progressivement dans l’horreur. Le récit est assez classique, puisqu’il évoque une chasse à l’homme finissant par se transformer par un huit-clos assez violent, sale et gore, tout en développant l’aspect psychologique de notre personnage.

Le mangaka nous immerge dans cette folle histoire en nous la racontant de manière autobiographique. Nous plongeons alors dans les pensées de notre héros et celui-ci va nous entraîner dans une descente en enfer dans laquelle il sera difficile d’en ressortir. Masasumi Kakizaki nous amène dans l’horreur d’un esprit malade, à travers des thèmes comme la culpabilité ou encore le harcèlement dans le couple. Le mangaka nous montre comment un seul maillon peut tout faire basculer dans une vie et comment des soucis peuvent transformer et ronger à tout jamais une personne.
L’horreur psychologique est incroyablement forte dans Hideout et le mangaka propose une fin inimaginable et pourtant tout à fait logique.

dav

Pour parfaire ce côté étouffant, glauque et malsain, Masasumi Kakizaki nous gratifie d’un coup de crayon merveilleux. J’ai retrouvé cette maîtrise des ombres et du noir, que l’on peut retrouver dans Green Blood. La technique de ce mangaka colle parfaitement à ce genre horrifique. Les dessins sont inquiétants et colleront à votre rétine durant de nombreuses minutes, notamment avec l’aide de petits détails qui intriguent et certaines double pages qui glace le sang. Cette noirceur est contrebalancée par un dessin beaucoup plus lumineux lors des flashback du personnage. Le mangaka joue sur les contrastes pour encore plus nous toucher émotionnellement et surtout psychologiquement.
Pour ce qui est des personnages, M. Kakizaki tend vers un réalisme permettant de comprendre l’état psychologique dans lequel le ou les personnages sont. Mention spéciale pour les personnages prenant en chasse notre héros. En effet, les détails sont tellement réalistes, que la nausée pourrait faire son apparition…

 

Vous l’aurez compris Hideout est une véritable réussite dans le genre pour moi. Je n’ai encore lu que très peu de manga, mais il est certain que celui-ci me restera en mémoire toute ma vie et que Masasumi Kakizaki est un mangaka qui me parle.
Si vous êtes amoureux de la noirceur humaine, du glauque, du malsain et du gore, Hideout est fait pour vous et je vous le conseille fortement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s