Game Night de John Francis Daley et Jonathan Goldstein

Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd’hui, je vais vous parler du film Game Night réalisé par John Francis Daley et Jonathan Goldstein . J’avais vu quelque fois la bande annonce au cinéma et cela ne m’avait pas forcément donné envie d’aller le voir. Cependant, la curiosité m’a poussé à me rendre dans une salle obscure(la vérité, c’est que je ne savais pas quoi faire…). Je ne savais donc pas grand-chose sur ce film, sur ces réalisateurs et encore moins sur ces acteurs. Donc, je ne vais pas vous cacher que je n’avais pas d’attente particulière face à Game Night.
Du coup, bonne ou mauvaise surprise ? Je vous dis tout dans cet article.

tomabooks-game-night-affiche

Synopsis :

Pour pimenter leur vie de couple, Max et Annie animent un jeu une nuit par semaine. Cette fois ils comptent sur Brooks, le frère charismatique de Max, pour organiser une super soirée à thème autour du polar, avec vrais faux malfrats et agents fédéraux ! Brooks a même prévu de se faire enlever…. sauf qu’il reste introuvable. En tentant de résoudre l’énigme, nos joueurs invétérés commencent à comprendre qu’ils se sont peut-être trompés sur toute la ligne. De fausse piste en rebondissement, ils n’ont plus aucun point de repère et ne savent plus s’il s’agit encore d’un jeu… ou pas. Cette nuit risque bien d’être la plus délirante – et la plus dangereuse – de toute leur carrière de joueurs…

Une comédie américaine classique qui se démarque par la qualité de réalisation

Le postulat de base de cette comédie annonçait quelque chose d’original, même si l’idée a pu déjà être vu dans le film The Game, mais surtout pouvait offrir des moments de folies dans les délires. Le film débute efficacement, notamment avec une intro très dynamique et surtout très bien travaillé. Le film garde un bon rythme par la suite, mais l’idée de la folie n’est pas forcément respectée. Nous avons bien évidemment des gags, mais ceux-ci ne fonctionnent pas toujours comme on aurait pu l’espérer, la folie escomptait n’est pas au rendez-vous malheureusement. Il est difficile d’en rire à chaque fois, car le niveau est assez moyen, comme ce que les 3/4 des comédies américaines nous réserves. Bien sûr, il y a quelques scènes drôles et efficaces, mais elles sont assez rares. Ajoutez à cela des dialogues un peu ras des pâquerettes, voire réduit au strict minimum, des personnages présents seulement pour l’effet comique et vous avez la bonne comédie américaine moyenne.  Le seul personnage à retenir pour moi et celui du voisin policier du nom de Gary, qui est vraiment très bien travaillé et dont l’acteur propose quelque chose de très bon. Mais, malgré ces différents défauts, Game Night a fait mouche sur moi et j’ai passé un agréable moment.
Cependant, le scénario est très bon et réussit à créer de nombreux quiproquo, ainsi que des péripéties vraiment efficaces. Il y a plusieurs points du scénario que je n’avais pas vu venir et ceux-ci m’ont vraiment bien fait rire, je pense notamment à la scène de présentation de la Murder Party. C’est surtout le rythme survitaminé qui donne envie de suivre nos personnages dans cette enquête, bien qu’une dizaine de minutes en moins aurait pu être bénéfique.

Game Night Day 14

Là où Game Night peut surprendre c’est bien par rapport à sa réalisation. Nous sommes loin d’une comédie américaine basique, puisque les deux réalisateurs ont tenté de jouer avec de nombreux codes, comme la comédie bien sûr, mais aussi le thriller, le film d’action, voire quelques codes horrifiques. Le tout est vraiment très bien maîtrisé et les deux réalisateurs vont jusqu’au bout de leurs idées et de leurs techniques. Certains plans sont faits, je pense, à partir de maquette et j’ai trouvé le rendu vraiment magnifique.
Comme je le disais, le montage donne du rythme et de la vitalité à ce long métrage et cela donne envie de rester devant cette histoire. John Francis Daley et Jonathan Goldstein réussissent parfaitement bien à mettre de l’action dans leurs scènes, notamment lors des différentes courses poursuites, mais ils arrivent également à poser des moments plus dramatiques, afin de donner un peu de substance à leurs personnages.
La scène de football américain avec l’œuf de Fabergé est bien la preuve d’un film à la réalisation travaillée. En effet, les deux réalisateurs offrent un plan séquence parfaitement rythmé et travaillé du plus bel effet.

Game Night Day 01

Si le côté folie et exubérant annonçait par les différentes bandes annonces n’est pas réellement restitué, Game Night n’en reste pas moins une comédie américaine qui fonctionne dans son ensemble. Bien évidemment l’humour est un peu moyen, voire bas de plafond avec certains personnages, mais la qualité de la réalisation et du scénario permet au film de se démarquer. Game Night est le genre de long métrage idéal pour passer un bon moment en famille.

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. La bande annonce que j’ai vu ne me donne pas envie d’aller voir le film au cinéma malgré un casting que j’aime bien. Et ton avis sur l’humour au raz des pâquerettes me donne encore moins envie même si les points positifs que tu soulignes sont intrigants. Je me laisserais peut-être tenter plus tard.

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Je pense que tu fais bien d’attente, surtout si tu ne le sens pas. Je trouve que c’est le film idéal pour les soirées où on ne sait pas quoi regarder, mais que l’on veut quelque chose de simple 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. shiplisso dit :

    Comme toi, j’y suis allé sans grandes attentes, mais je me suis beaucoup plus laissé embarquer par le rythme dingue et l’humour qui a souvent fait mouche. J’étais dans une salle où tout le monde était réceptif, je pense que ça aide beaucoup aussi ! J’ai honte d’avoir oublié de parler du plan séquence que j’ai adoré dans mon article critiquant le film – je ne l’ai écrit que quelques jours après et j’ai oublié. Bref, j’ai un tout petit plus aimé que toi, mais je sais que je me suis laissé embarquer aussi parce que j’étais dans une salle cool – tout seul chez moi, ça n’aurait pas eu le même effet.

    PS : il y a quelques coquilles dans l’article ; notamment un « œuf » qui traîne tout seul au milieu – je pense que c’était soit un rappel pour mettre la photo de Ryan, soit pour penser à parler de l’œuf de Fabergé ehe 😉

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Ah je n’ai pas eu de chance alors, la salle était vraiment vide.. On ne devait n’être que quatre ou cinq ! Après j’ai quand même passé un bon moment, mais certains gag ne m’ont pas vraiment fait rire. Au moins, l’humour est bon enfant et c’est le principal 🙂
      Ah cette scène est vraiment très réussi, mais si je ne devais en garder qu’une, ce serait celle à l’aspect maquette 🙂

      Merci pour cette coquille ! Je ne sais même pas ce qu’elle faisait ici… J’ai pourtant relu plusieurs fois…

      J'aime

      1. shiplisso dit :

        L’humour est bon, oui, et la réalisation est top. Je ne sais pas ce que j’ai préféré entre l’aspect maquette et la course poursuite avec l’œuf !

        Pour œuf, j’ai d’abord lu « ouf » ça passait bien 😂

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s