Creuse la mort de Paul Clément

Bonjour à toutes et à tous,

On se retrouve aujourd’hui pour parler littérature et pas n’importe laquelle, celle venue du monde de l’auto-édition. C’est le deuxième roman de Paul Clément que je lis en peu de temps et je peux vous dire que j’apprécie énormément ce que l’auteur fait. C’est vraiment ce que je recherche quand je lis une oeuvre angoissante et horrifique. Du coup, vous l’aurez compris et il n’y aura aucun suspense, mais j’ai adoré ma lecture de Creuse la mort. Je vais quand même essayer de vous en dire plus…

« Que feriez-vous si chaque nuit une fosse était creusée dans votre jardin ?
Vous la rebouchez ; une nouvelle vous y attend le lendemain. Vous interrogez les autorités ; nul ne vous répond.
C’est la situation à laquelle Frédéric, un banquier de province, est confronté lorsqu’il découvre un beau matin une mystérieuse fosse en plein milieu de sa pelouse. Décidé à en découvrir l’origine, il est loin de se douter de l’ampleur que les événements vont bientôt prendre. Et s’il creusait sa propre tombe ? Celles de sa famille et de ses proches ?»

Chapeau l’artiste

Creuse la mort se démarque par une amélioration de la plume de l’auteur depuis le premier roman. Le rythme des chapitres sont bien plus équilibrés et les phases de descriptions se font bien plus intensives. Cela apporte vraiment énormément à lecture et nous avons envie de tourner les pages au plus vite.
Paul Clément a très bien travaillé son ambiance générale, ainsi que la montée en puissance de cette histoire. Les deux premiers tiers se déroulent lentement, insidieusement dans notre esprit. Une certaine sensation d’angoisse se met en place au fil de l’histoire et nous suivons un protagoniste au bord de la rupture psychologique, d’ailleurs l’auteur évoque le Burn-Out avec brio… Dans ces deux premiers tiers, il n’y a quasiment aucune effusion de sang, de paranormal voire d’horreur. Nous sommes un peu plus dans le thriller psychologique et les questionnements vont bon train. D’ailleurs, on se demande si le héros, qui se nomme Frédéric, n’est tout simplement pas en train de vriller complètement dans une paranoïa aiguë… D’ailleurs, nous sommes également pris dans une spirale infernale, une spirale d’angoisse qui nous pousse dans une folie. Celle de tourner les pages comme des déments.
C’est là toute la force du roman de Paul Clément, puisque c’est notre imaginaire qui prend le dessus et qui nous fait vivre cette angoisse. Nous n’avons aucun élément tangible et nous assistons à cet enfer quotidien. On s’identifie directement à ce père de famille qui veut protéger sa famille, quitte à mettre sa santé mentale et l’équilibre de son couple en danger. Le pire, c’est que l’on comprend parfaitement les actes de ce banquier…

On se laisse mener par Paul Clément jusqu’à ce que l’histoire devienne subitement bien plus brutale. Mais c’est trop tard pour nous et nous tombons dans un rythme incroyable jusqu’au final glaçant… Le tableau de l’auteur prend forme et nous comprenons petit à petit tout ce qu’il s’est joué devant nous depuis le début. C’est bien l’horreur qui prend place dans cette dernière partie et Paul Clément nous montre, encore une fois, qu’il a bien assimilé et digéré les multitudes de références du genre. Il y a du Stephen King dans cette histoire et je tiens à souligner que le récit est vraiment original, profond et intelligent par ce qu’il évoque dans ses différents thèmes.
Je ne vais pas en parler plus longuement, car Creuse la mort est une expérience à vivre et à ressentir. Vous devez donc en savoir le moins possible pour en apprécier toute la substance.

 

Vous l’aurez compris Creuse la mort a été un véritable coup de cœur pour moi. Je réitère ce que j’avais déjà dit, mais Paul Clément a un grand avenir dans le genre psychologique, horrifique et fantastique. Je vous conseille très fortement de vous pencher sur ses deux romans (Les décharnés et Creuse la mort), afin de vous en faire votre propre avis. En tout cas, il me tarde de découvrir sa saga des Orphelins de Windrasor.

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. J’ai moi-aussi eu un coup de cœur pour ce roman donc je suis contente que tu es autant apprécié !

    Aimé par 1 personne

  2. Jacaranda dit :

    J’avais bien aimé Les Décharnés. Toujours pas lui celui-ci par contre. On trouve de belles pépites chez les auto-édités 🙂

    J'aime

    1. tomabooks dit :

      Je suis bien d’accord ! J’ai découvert beaucoup de bons auteurs et autrices 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s