Un fruit amer de Nicolas Koch : Sweet Home Alabama ?

Il est rare que je me penche sur des thrillers et ou polars qui prennent appui sur des faits historiques et pourtant à chaque fois, c’est la grande claque

Je n’ai pas hésité longtemps à accepter de découvrir Un fruit amer de Nicolas Koch, quand les Editions De Saxus, que je remercie au passage, me l’ont proposé. Le sujet à lui seul me donnait déjà énormément envie. La ségrégation raciale, le Ku Klux Klan et la lutte afro-américaine sont des sujets brûlants, mais qui peuvent apporter une autre dimension dans une histoire.

Est-ce que je me suis trompé en acceptant de découvrir Un fruit amer de Nicolas Koch ? Réponse avec la suite de mon avis…

Le résumé de l’éditeur :

Comté de Woodbridge, Alabama, 1963. 

En pleine ségrégation raciale, le Ku Klux Klan répand la terreur au nom de la suprématie blanche alors que la communauté noire fait entendre sa voix pour obtenir plus de droits. C’est dans ce contexte explosif qu’un fait divers va mettre le feu aux poudres. Un matin, le corps d’une jeune blanche violée et battue à mort est retrouvé dans les bois. Elle n’est autre que la fille d’un riche entrepreneur de la région qui est lui-même membre du Klan. 

Qui a bien pu la tuer ? Pour les autorités, ça ne fait aucun doute : c’est l’œuvre d’un Noir. Peu avant le drame, la victime avait écrit au FBI, car elle craignait pour sa vie. Le Bureau dépêche alors sur place l’un de ses agents afin de tirer l’affaire au clair. Ce dernier va découvrir qu’elle a été tuée et il va se retrouver au cœur de la haine des hommes, face à une vérité dérangeante… 

Un fruit amer : Sweet Home Alabama ?

Il est difficile de croire que l’auteur, Nicolas Koch, puisse vivre à notre époque et encore moins en Normandie lorsque l’on referme ce roman. Un fruit amer est un pur polar s’inscrivant dans la tradition nord-américaine… L’auteur nous entraîne et nous transporte dans une époque pas si lointaine. Il nous donne surtout l’impression d’y être ! Le romancier donne vie à ses environnements, à cette région de l’Alabama, à cette bourgade et surtout à ses personnages. La plume nous fait ressentir la chaleur, mais surtout la tension électrique qui plane au-dessus des personnages, mais aussi de nous… Le roman est étouffant, mais surtout grandiose.

Un fruit amer est un thriller/polar sombre de par sa thématique et surtout de sa véracité historique. Si vous n’aviez pas lu la quatrième de couverture, l’auteur nous invite en Alabama, au début des années 60. La ségrégation raciale fait encore rage et le Ku Klux Clan fait de nouveau régner la terreur… La haine sera le maître mot de ce roman magistral, si bien que l’on en ressort chamboulé et choqué par les différents événements.
Bien que le roman ne soit pas un documentaire sur cette période, Nicolas Koch réussit tout de même à nous faire ressentir toute la détresse de certaines personnes, mais aussi la folie des Hommes. Le comté de Woodbridge prend vie sous nos yeux et l’on découvre son cancer, sa pourriture. L’Homme est capable du pire quand il est nourri par la haine et je crois que l’auteur nous le fait bien comprendre. Vous allez être révoltés, choqués et tétanisés devant tant de bêtises… La haine s’invitera dans votre cœur à certains moments, ce qui est un comble…

un-fruit-amer-nicolas-koch-KKK

Il est indéniable que l’auteur maîtrise ses effets, son rythme, mais surtout l’intensité de son roman et de ses nombreux chocs. On vit l’instant comme si nous y étions et nous ressentons cette violence au plus profond de notre âme et de nos tripes. Le stress, la peur, la terreur, la folie nous anime et on termine certaines scènes abasourdi, choqué par ce que l’on vient de vivre. Pourtant l’auteur n’use pas de violence explicite, bien au contraire. Nicolas Koch maîtrise à la perfection ces quelques moments en les exploitant avec parcimonie. Les scènes sont vécues par tous les protagonistes (victimes et bourreaux), si bien que l’alternance des points de vue apporte un rythme, mais surtout une tension grandissante. Nicolas Koch nous fait ressentir exactement les mêmes sensations et émotions que les personnages, si bien que l’on passe de victime à tortionnaire en à peine quelques lignes… Vous allez voir, le procédé va vous bouleverser !

Un fruit amer est un roman qui est difficile à lâcher une fois commencé, si bien qu’il se lira très rapidement. C’est 495 pages de tension, de folie, de haine, mais aussi de joie et de peine. Nicolas Koch nous invite réellement à faire partie des personnages, à vivre ces événements, ce qui nous emporte encore plus loin. C’est assez renversant de se dire que ce que l’auteur nous dépeint s’est passé il y a quelques décennies et c’est encore bien plus inconcevable de se dire que ce genre d’idée circule encore de nos jours…
Roman d’une maîtrise incroyable, Un fruit amer ne vous laissera pas indifférent… Courez vous le procurer au plus vite, il est chez votre libraire depuis le 28 février 2019 !

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Hello 🙂 Dis donc tu sors de tes thèmes pour de prédilection pour ce roman ^^ Mais c’est super de nous faire découvrir d’autres horizons. Il est rare de trouver de vrais bons thrillers qui se basent sur des faits historiques. Un fruit amer a l’air d’être de ceux-là et ta chronique me donne envie. Un de plus en lire ! En tout cas, dans un genre historique qui tabasse et qui prend ses racines dans le contexte de la guerre de Yougoslavie, je ne peux que te conseiller 1000 fois Le Manufacturier (je ne sais plus si tu l’as déjà lu). A bientôt !

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      Oui et j’ai vraiment bien fait ! J’espère qu’il te plaira autant qu’il a pu me marquer :). On est pas sur la même violence que d’habitude, mais celle-ci a encore plus d’impact… Roman grandiose pour les émotions !
      J’ai bien lu Le Manufacturier (TOP 1 de 2018) !
      A très vite !

      J'aime

  2. Un sujet dont on parle beaucoup en ce moment, même au cinéma, un sujet qui reste d’actualité ! Ce livre nous tente beaucoup…
    La chanson de Lynyrd Skynyrd reste une de nos chansons préférées

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      C’est vrai que le sujet fait encore parler de lui (malheureusement), mais c’est une part sombre de l’Histoire américaine qu’il ne faut pas oublier, afin que les bêtises du passé ne se reproduisent plus…
      Je ne peux que vous conseiller de vous le procurer dès sa sortie 😉
      PS : j’aurais une petite pensée pour vous lors du concert de Lynyrd Skynyrd au Hellfest !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s