Les visages de dieu de Mallock : Plume poétique au service du polar

Novembre 2018. Au détour du salon Fantasy en Beaujolais, je tombe nez-à-nez avec un drôle de personnage. Mallock attend le lecteur avec un regard malicieux, si bien que l’on est tout de suite captivé parce qu’il a à nous proposer.

Il voit les deux romans de Cédric Sire que je tiens dans les mains et me dit « Ah, tu aimes la violence, alors avec mon Mallock tu seras servi ! Surtout dans le deuxième tome… Il n’y a jamais eu autant de mort dans un roman… »

Mallock a gagné… Je repars avec les deux premiers romans des aventures du commissaire Mallock.

Aujourd’hui, je vous parle du roman Les visages de dieu de l’auteur Mallock que vous pouvez retrouver aux Editions Pocket.

La 4eme de couverture :

Le désespoir et la mort constituent son quotidien. Pour le commissaire Mallock, les hommes sont abandonnés de Dieu. Et ce ne sont pas les visions qui l’habitent qui vont l’en dissuader. Ni cette cruelle affaire du Maquilleur, qu’il semble être le seul à pouvoir élucider. 
Les cadavres – œuvres d’art monstrueuses – que sème aux quatre coins de Paris ce tueur en série hors norme seraient-ils des reproductions corrompues d’images pieuses ? Pense-t-il, à travers ces mises en scènes macabres, parcourir son chemin de croix vers la rédemption ? 
Comme si le Diable cherchait son Salut. Comme si, derrière l’horreur, se cachait le visage de Dieu… 

Les visages de Dieu : Plume poétique au service du polar

Polar ou thriller ? Mon cœur balance face à cette première aventure du commissaire Mallock… Non pas que le roman ne soit pas incroyablement prenant et rythmé, bien au contraire, mais la plume me fait aussitôt penser à un polar descendant directement des années 60…
Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’auteur, Mallock, mène une danse macabre et ce dès les premières pages. Le commissaire qui a le même nom que l’auteur se voit propulser dans une drôle d’enquête où le tueur en série s’en prend à n’importe qui. Il n’y a aucune distinction d’âge, de genre ou même physique dans ces actes. Le seul point commun ? Un maquillage de la scène de crime donnant immédiatement un aspect insoutenable à celle-ci.
L’auteur flirt donc avec le polar, le thriller ésotérique et même avec la poésie, mais je reviendrai sur cet aspect tout de suite après. Le rythme est incroyablement soutenu durant la totalité de l’enquête, si bien que Les visages de dieu se lit quasiment d’une traite !

les-visages-de-dieu-mallock-tomabooks

Mallock, l’auteur, maîtrise son histoire d’une main de maître et réussit l’exploit à nous amener dans de multiples fausses pistes et dans une impression bizarre, celle que l’auteur ne sait absolument pas où tout cela va nous mener… Meurtres en pagailles, scènes de crimes horribles, autopsies macabres et méthodes assez peu conventionnelles seront légions dans ce roman, mais sans pour autant être voyeuriste. Au contraire, Mallock fait preuve de légèreté, de lyrisme dans sa façon d’écrire et de nous décrire les scènes. Certaines seront explicites, d’autres mettrons vos sens en éveils, si bien que votre imagination débordante fera absolument tout le travail. La plume est littéralement au service de ce roman, si bien que Les Visages de Dieu se démarque de la concurrence.
L’auteur nous invite à suivre son commissaire et son équipe en plein cœur de Paris et je peux vous dire, sans me tromper, que l’auteur aime cette ville. Ces descriptions sont toujours fabuleuses, rêveuses sur cette ville connue de tous. Paris est mise sur un piédestal avec Mallock et c’est assez rare tout de même.

Préparez-vous à vivre des crimes abjectes, des mises en scènes horribles, mais la force de Mallock est de nous présenter ça comme un tableau vivant. Chaque scène de crime est un moyen pour l’auteur de déployer son génie et sa plume. On passe tour à tour d’une description digne d’une oeuvre de Goya ou encore d’une peinture de Jérôme Bosch… Vous voyez le genre ?
Ajoutez à tout cela le personnage de Mallock, gros ours au cœur d’or, qui revit chaque nuit la disparition de son fils Thomas. Commissaire torturé qui se cache sous une carapace… On pourrait tomber facilement dans la caricature, mais c’est sans compter sur Mallock pour apporter une touche mon consensuel à son personnage, mais je vous laisse la découvrir.

Les visages de dieu de Mallock est une très bonne entrée en matière pour découvrir l’auteur et sa richesse, ainsi que son personnage… Je ne peux que vous conseiller de découvrir ce roman et il ne me reste qu’une chose à faire, continuer cette série sur le commissaire Mallock qui s’annonce incroyablement riche.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s