La dame de Reykjavik de Ragnar Jónasson : élu plus beau polar du monde

Il y a beaucoup d’auteurs qui passent à la trappe suivant les sorties du mois. Ragnar Jónasson en a longtemps fait partie de mon côté. Il faut dire que je n’aime pas le froid, que je ne suis pas particulièrement fan des pays nordiques et encore moins de l’orthographe de certains mots ou noms propres. Avouez que ça partait mal entre lui et moi…

C’était sans compter les articles et les déclarations d’Anaïs sur son blog. Elle, la grande fan de Ragnar et de l’Islande. Je me suis laissé envoûté par ses chroniques et j’ai succombé à l’appel du nord…

Vous avez vu le titre de l’article. J’ai bien fait de sauter le pas.

Aujourd’hui, je vous parle de mon coup de foudre pour La dame de Reykjavik de Ragnar Jónasson publié aux Editions La Martinière, élu plus beau polar du monde.

La 4eme de couverture

Hulda a tout donné à sa carrière. Mais en faisant toujours cavalier seul. Elle a beau être une des meilleures enquêtrices du poste de police de Reykjavik, à soixante-quatre ans, sa direction la pousse vers la sortie.

La perspective de la retraite l’affole. Tout ce temps et cette solitude qui s’offrent à elle, c’est la porte ouverte aux vieux démons et aux secrets tragiques qu’elle refoule depuis toujours. Et ses échappées dans la magnificence des paysages islandais, pour respirer à plein poumons la sauvagerie de son île, ne suffiront plus, cette fois.
Alors, comme une dernière faveur, elle demande à son patron de rouvrir une affaire non résolue. Elle n’a que quinze jours devant elle. Mais l’enquête sur la mort d’Elena, une jeune russe demandeuse d’asile, bâclée par un de ses collègues, va s’avérer bien plus complexe et risquée que prévu. Hulda a-t-elle vraiment pesé tous les risques ?

La dame de Reykjavik de Ragnar Jónasson : élu plus beau polar du monde

La dame de Reykjavik de Ragnar Jónasson n’est pas un polar comme les autres. Non, c’est bien plus qu’une trame d’enquête basique. La dame de Reykjavik est le parfait mélange entre la littérature blanche sentimentale et le roman noir. Ce n’est pas pour rien que je proclame ce roman plus beau polar du monde. Ragnar Jónasson nous livre ici une histoire d’une puissance émotionnelle incroyable. Impossible de ne rien ressentir face à cette histoire. Si c’est le cas, c’est que vous n’avez pas de cœur
J’en fais peut-être un peu trop, mais l’auteur a su cristalliser une partie de mes peurs et de mes angoisses en un seul personnage. Je n’avais jamais ressenti ça à la lecture d’un polar. C’est ce qui me fait dire que La dame de Reykjavik de Ragnar Jónasson est un roman à part. Une oeuvre qu’on ne voit qu’une fois par an, voire par décennie.

la-dame-de-reykjavik-ragnar-jonasson

Ragnar Jónasson offre un polar qui pourra vous sembler basique dans son déroulé. Un cold case, des preuves manquantes, une victime dont tout le monde se fiche et des témoins / suspects qui gravitent autour de cette histoire. L’enquête suit son cours doucement, bien que l’enquêtrice, qui est à quelques jours de la retraite, se voit mettre des bâtons dans les roues par sa hiérarchie. C’est à ce moment que Ragnar Jónasson commence à nous offrir quelque chose en plus. L’auteur islandais nous parle de la difficulté d’être une femme dans un monde d’homme. La difficulté de faire ses preuves, la difficulté d’être écouté par sa hiérarchie. Hulda est une vieille enquêtrice qui s’est construit une carapace, un mental qui lui permet de tenir tête aux hommes qui l’entourent. Cependant, la réouverture de cette enquête va la morceler, lui montrer les mauvais côtés et réveiller certaines choses de son passé.
On pourrait croire que le personnage est aigri, mais non. C’est bien la vision de la jeunesse qui veut à tout prix monter les échelons, une jeunesse qui ne laisse plus de place à la vieillesse. C’est un coup de massue pour elle, puisque son métier était la dernière béquille de sa vie, celle qui lui maintenait la tête hors de l’eau.

Roman féministe, oui. Roman qui parle de la vieillesse, également. Comme je le disais, La dame de Reykjavik de Ragnar Jónasson a su cristalliser une partie de mes peurs et de mes angoisses. C’est un chef-d’oeuvre sur le poids du passé, de la pauvreté, de la solitude et la mélancolie. La peur de finir seul n’a jamais été aussi forte que durant la lecture de ce livre. Hulda s’en rend compte et tente de changer tout ça, mais il est peut-être déjà trop tard pour elle, comme pour nous. On suit son acharnement dans cette enquête pour que la victime soit connue et que celle-ci ne soit pas oubliée de tous. On comprend son engagement. Elle le fait pour la victime, mais aussi pour elle. Pour que son dernier coup d’éclat reste dans les mémoires. Avec La dame de Reykjavik, Ragnar Jónasson évoque également la solitude, la place et la considération que l’on porte aux réfugiés dans nos contrées. Bien que l’auteur nous parle de son Islande, il est facile de faire le parallèle avec la France… Voilà pourquoi je vous parlais du mélange parfait entre le roman noir et la littérature blanche.
Ragnar Jónasson nous plonge corps et âme dans cette enquête, dans la vie d’Hulda, si bien que nous ne voyons pas le final arriver. Ce final qui nous reste en travers de la gorge. Ce final qui me restera en tête et qui m’a laissé pantois…

Je repars de cette lecture conquis et émerveillé par tant de prouesse littéraire. J’ai bien fait de me lancer tenter par les conseils avisés de la blogueuse Anaïs Serial Lectrice !
Je ne peux que vous conseiller de découvrir ce roman si sublime et subtile… La dame de Reykjavik de Ragnar Jónasson est un roman puissant qui restera dans les mémoires du Polar.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Alors bon, y’a des jours où je me dis que je dois arrêter de lire tes chroniques si je ne veux pas me ruiner en bouquins 😅 Plus sérieusement, excellente chronique. Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire du Ragnar Janasson et il faut vraiment que je me lance. Surtout que celui-ci est hors saga donc parfait pour commencer ! Je vais essayer de le caler dans mes lectures de mai. C’est bizarre par contre j’ai vu une couverture différente en librairie. C’est une autre édition que tu as ?

    Aimé par 2 personnes

    1. tomabooks dit :

      Figure toi que c’est un peu la même chose de mon côté :p
      Je te le conseille X 1000 et je suis sûr que tu vas l’aimer ! J’ai profité du quai du Polar pour m’en prendre un autre. En espérant me prendre une autre claque 🙂
      C’est la couverture France Loisirs que j’ai. Si je ne dis pas de bêtises, ils ont eu le droit de le sortir avant, avec accord des Editions La martinière 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s