De l’autre côté du lac de Xavier Lapeyroux

Est-ce que vous êtes déjà tombé sur un OVNI ou un OLNI (Objet Littéraire non identifié) ? Pour être tout à fait franc, moi jamais… Enfin, jusqu’à récemment.

Tout à commencé lors de la rencontre organisée dans le cadre du club de lecture dont nous faisons partie avec Madame. La séance se déroule sans encombre, jusqu’au moment où un lecteur nous présente De l’autre côté du lac de Xavier Lapeyroux publié aux Editions Anne Carrière et qu’il nous dit “Je n’ai pas du tout aimé”.  Il nous parle alors de ce roman comme d’une oeuvre bien trop dérangée flirtant avec le fantastique.

Bon, vous me connaissez. Cet homme m’a alpagué en à peine une phrase. Je suis repartie avec le roman sous le bras et je l’ai commencé le soir même, pour le terminer le lendemain dans la matinée… De l’autre côté du lac est une sacrée expérience littéraire.

La 4eme de couverture

En temps normal, La Colline est un quartier tranquille. En temps normal, Hermann mène une vie rassurante aux côtés de sa femme et de Sam, leur fille de 16 ans.
Mais leur villa, surplombant le lac, n’est plus le refuge qu’elle était : des coups de feu retentissent, des adolescents disparaissent, des orages menacent. Et même au Pavillon, le foyer pour mineurs où Hermann travaille, la tension a atteint un niveau alarmant.
C’est un début d’été chargé de mauvaises ondes et d’événements inexplicables, telle l’apparition soudaine de cette maison sur l’autre rive, une maison en tous points identique à la leur.
Hermann décide de réagir, de protéger sa famille, de chercher un moyen de la mettre en sûreté. Une obsession irrépressible, aveugle et sans limite qui le conduira loin, au-delà de ce qu’il croyait possible.
Au bord de la raison et du monde réel.
De l’autre côté du lac.

De l’autre côté du lac : Une expérience littéraire

Bon je vous l’ai dit, De l’autre côté du lac de Xavier Lapeyroux est un roman à part, inclassable, perturbant par bien des aspects et surtout difficilement refermable. Ce n’est ni de la littérature blanche, ni du roman noir, quoique l’auteur évoque l’enlèvement de jeunes adolescents durant l’été….
Ce roman est une expérience à lui tout seul, un trip que je n’avais encore jamais vécu jusque là dans la littérature. Xavier Lapeyroux offre un roman unique, mais qui pourra en laisser plus d’un sur le bord de la route. L’auteur nous parle d’un homme, d’un père de famille qui mène une existence paisible avec sa femme et sa fille, lorsque tout va basculer par un été suffocant. Comme je le disais, des adolescents vont disparaître, une enquête va être lancée et la paranoïa d’un père va exploser. Dès lors, le personnage principal va perdre complètement pied.

de-lautre-cote-du-lac-xavier-lapeyroux

Cela peut vous paraître banal, mais c’est sans compter sur le génie de Xavier Lapeyroux qui nous place constamment dans l’esprit et dans les réflexions de ce père de famille. De l’autre côté du lac n’a pas vraiment de ligne de dialogue, du moins la ponctuation est inexistante. Les scènes s’enchaînent devant nous et nous les recevons comme le personnage. On est obligé d’adhérer à ce que le personnage pense, fait et voit durant la totalité de cette histoire. Vous comprenez donc qu’une sensation de malaise se met vite en place. On subit la paranoïa de cet homme et nous avons l’impression de vivre dans un espace temps délirant. Rien à de sens, les personnages paraissent tous dérangés, mais tout ça devient notre réalité. Pour accentuer encore tout cela, Xavier Lapeyroux ne va jamais indiquer de lieux, ni de temps, si bien que l’on se sent perdu au milieu de nulle part. On navigue dans une histoire où la réalité se mélange à la fiction, ainsi qu’à la folie. L’impression d’être tombé dans un univers à la David Lynch est forte. L’atmosphère est pesante, brumeuse et nous subissons ce que l’auteur nous apporte.


Vous l’aurez compris, De l’autre côté du lac est un roman déstabilisant qu’il faut découvrir. C’est une oeuvre qui offre de nouvelles sensations et une surtout une expérience assez nouvelle. Je pense qu’il n’y aura aucun juste milieu avec ce roman. On adhère ou non à ce délire, à cette paranoïa incroyable et surtout à cette fin. L’auteur nous amène d’un point A à un point B, à nous d’en faire ce que nous en voulons. Je ne peux pas vous dire si c’est un coup de cœur ou non, j’ai encore besoin d’y penser, de m’y projeter. Je peux juste vous dire que j’ai vécu quelque chose de fort.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Ça a l’air d’être une expérience de lecture assez particulière, le livre m’intrigue par sa forme avec cette idée de suivre les réflexions d’un personnage.

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      Je t’encourage vivement à le découvrir, c’est quelque chose que je n’avais encore jamais vécu (du moins en littérature). J’aime quand l’art nous pousse encore plus loin 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s