Le sang du temps de Maxime Chattam : Le pouvoir de la lecture

Je suis certain que vous la connaissez cette sensation, celle de plonger dans une histoire et de n’en ressortir qu’à la toute fin. Je sais qu’on est tous comme cela et que l’on s’en délecte.  

On plonge livre après livre. Mais qu’en est-il lorsqu’un auteur évoque cette sensation dans un de ses romans ? C’est ce que Maxime Chattam tente d’approcher dans son roman Le sang du temps disponible aux Editions Michel Lafon, mais aussi aux Editions Pocket.

Allez, venez et plongez dans cette chronique !

La 4eme de couverture

Paris, 2005. Détentrice d’un secret d’État, menacée de mort, Marion doit fuir au plus vite. Elle est conduite en secret, par la DST, au Mont-Saint-Michel.

Le Caire, 1928. Le détective Matheson consigne dans son journal les détails d’une enquête particulièrement sordide : des cadavres d’enfants atrocement mutilés sont retrouvés dans les faubourgs du Caire. Rapidement, la rumeur se propage : une goule serait à l’origine de ces meurtres. Mais Matheson refuse de croire à la piste surnaturelle.

À première vue, rien de commun entre ces deux époques. Et pourtant…

Le sang du temps : Le pouvoir de la lecture

Bon, je ne vous cache pas que cela va être assez compliqué de vous donner mon avis et mon analyse sur ce roman sans trop vous en dire. Pour vous la faire courte, si vous êtes à la recherche d’un bon thriller à ambiance, avec son lot d’horreur et des métaphores sur ce qu’est la lecture, alors Le sang du temps de Maxime Chattam est fait pour vous.
Je ne sais pas vraiment quoi penser de cette lecture, car si certains éléments sont très intéressants, d’autres m’ont paru assez vain…

L’auteur divise son roman en deux lieux, deux époques avec un objet qui les réunis. D’un côté, nous avons l’histoire de Marion qui doit fuir et se protéger de quelque chose. Celle-ci est prise en charge par la DST qui l’emmène se cacher sur le Mont Saint Michel. Je dois dire que c’est cette partie qui m’a posé le plus de problème… Marion est donc recueillie par une fraternité, afin qu’elle puisse se faire toute petite. Elle va rentrer dans le moule et participer à quelques activités. Je dois dire que ces différents passages ne m’ont pas marqué plus que ça. J’ai ressenti tout l’ennui qu’on peut avoir dans un petit village normand en plein hiver… C’est morne, sans vie et le temps ne passe pas vite. Cependant, il y a tout de même une approche qui m’a énormément plu et je vais y revenir juste après.
Marion passe le temps comme elle le peut, jusqu’au jour où celle-ci va tomber sur le carnet, le journal intime ou le journal d’enquête d’un homme vivant au Caire en 1928. Maxime Chattam nous offre un roman dans un roman. Un exercice de style pas toujours facile à maîtriser.

le-sang-du-temps-maxime-chattam

Comme Marion, nous voilà propulsé dans l’Egypte du début du siècle, dans une enquête des plus glauques. En effet, le détective Matheson enquête sur la disparition et le massacre d’enfants. Ceux-ci sont retrouvés avec des membres arrachés et de la semense sur le corps. Une rumeur se propage, un mythe renaît et le surnaturel entre en jeu. La goule est de retour dans les rues du Caire. Du moins, c’est ce que la rumeur dit. Matheson, lui, est bien plus cartésien. Si la partie sur Marion n’est pas captivante, celle-ci l’est beaucoup plus. On retrouve assez facilement ce qui fait le succès de Maxime Chattam. C’est-à-dire des meurtres d’une barbarie sans noms, des détails macabres et une enquête très bien ficelé.
On suit le raisonnement de Matheson, puisque nous lisons son carnet. Du coup, difficile d’avoir un autre point de vue, bien que certaines choses peuvent nous faire changer de cap.

Le sang du temps pourra vous sembler banal et pourtant… Maxime Chattam dévoile ses cartes à la toute fin et nous montre tout son génie. Ce roman est bien plus qu’une enquête. Marion, c’est nous, le lecteur qui plonge corps et âme dans un récit. Marion, c’est le lecteur qui enquête de son côté. Celui qui se pose des questions et qui n’attend qu’une chose, replongé dans le roman. On est pris d’une envie irrépressible de découvrir la vérité, de suivre cette enquête et d’en prendre part. Maxime Chattam nous montre le pouvoir que la lecture peut avoir chez nous. Plus l’enquête avance et plus la tempête hivernale devient violente. Véritable métaphore de ce qu’il se passe en nous lorsque l’enquête devient intense.
C’est dans cet aspect que réside toute la subtilité de son histoire, puisque Maxime Chattam fait la part belle à l’imaginaire. Il n’y a pas une fin logique, mais plusieurs, dont celle que chaque lecteur se fera au final. On interprète les choses à notre manière, selon nos ressentis et notre passé de lecteur. Maxime Chattam réussit son coup, puisqu’en nous montrant l’histoire sous un nouvel angle, celui-ci crée un final qui me restera en tête et me hantera pendant longtemps.


Voilà, c’est dans des romans de la sorte que j’aime Maxime Chattam. J’aime l’auteur qui s’écarte un peu du thriller classique, j’aime l’auteur quand il prend des risques, à l’image de son Coma des mortels. J’aurais pu vous parler d’autres choses, mais il faudrait en faire une analyse bien plus poussé, au risque de vous dévoiler tout ce qui fait l’intrigue. Vous l’aurez compris, je vous conseille de découvrir ce roman et de venir me dire ce que vous en avez pensé et si vous avez ressenti les mêmes choses que moi.
Le sang du temps est un hommage à tous les lecteurs qui s’investissent dans les histoires, dans les enquêtes.

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. floandbooks dit :

    J’ai une vieille.edition dans ma bibliothèque… tu me donnes envie de la sortir pour le prochain Chattam que je lirai!

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      J’espère qu’il te plaira aussi dans ce cas ! 🙂

      J'aime

  2. Émilie dit :

    Je n’ai jamais lu l’auteur (j’ai « L’âme du mal » qui attend d’être lu) mais le thème de ce livre et l’expérience paraissent intéressants 😀 À voir 😉

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      Tu peux aisément commencer par celui-ci, mais aussi par L’âme du mal qui est une petite pépite 🙂

      J'aime

      1. Émilie dit :

        Je note, je note 😊

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s