On la trouvait plutôt jolie de Michel Bussi : En toute petite forme

Il y a des auteurs qui nous rappellent automatiquement une saison particulière. Généralement, l’été me fait penser à Michel Bussi et ses nombreux romans se passant en France, au bord de l’eau, le tout avec des secrets familiaux et des petites enquêtes. 

C’est un peu la valeur sûre pour passer un bel été, enfin ça, c’est ce que je pensais avant ma lecture du roman On la trouvait plutôt jolie que vous pouvez retrouver aux Editions Presses de la cité , ainsi que chez Pocket

La 4eme de couverture

 » –; Qu’est-ce qui ne va pas, Leyli ? Vous êtes jolie. Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie. 
–; Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l’essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l’un d’eux, l’un d’eux peut-être, échappe au sortilège. 
Elle ferma les yeux. Il demanda encore : 
–; Qui l’a lancé, ce sortilège ? 
–; Vous. Moi. La terre entière. Personne n’est innocent dans cette affaire.  » 
Du désert sahélien à la jungle urbaine marseillaise, une enquête bouleversante en quatre jours et trois nuits… 

On la trouvait plutôt jolie : En toute petite forme

Tout ce que j’ai dit au tout début de l’article reste vrai. Michel Bussi nous propose un roman se passant, en partie, en France, au bord de l’eau et avec des secrets familiaux. Le soucis vient du fait que l’histoire est bien trop légère pour être un roman et que l’auteur semble être en petite forme.
L’histoire commençait bien pourtant. Nous avons plusieurs personnages, comme celui d’une mère de famille énigmatique, solaire, d’un côté, qui souhaite le meilleur pour ses enfants et de l’autre une jeune femme fatale qui charme un homme, le retrouve dans une chambre d’hôtel et le tue. On se prend tout de suite dans cette histoire, on s’attend à une enquête intrigante et assez glauque, mais voilà page après page le soufflet retombe… Bussi fait peut-être l’erreur de nous dévoiler l’identité de la meurtrière dès le début, sans que l’on sache ses intentions. Malheureusement, on les devinent bien trop rapidement tant c’est gros comme un nez au milieu de la figure… J’ai connu Michel Bussi en meilleur forme sur ce coup. Tout devient long, sans réel intérêt et sans saveur

on-la-trouvait-plutot-jolie-michel-bussi

Pourtant tout n’est pas à jeter dans On la trouvait plutôt jolie. Le roman contient une force dramatique incroyable qui résonne avec notre actualité, puisque l’auteur nous entraîne dans la ville de Marseille et plus particulièrement dans la misère du quotidien, celle qui se déroule dans les barres HLM grises. L’auteur nous parle des migrants, des réfugiés, de notre pays qui ne remplit plus ses droits de terre d’asile, de nous qui continuons notre vie, alors que la misère du monde est à notre porte.
On suit l’histoire d’une femme, de Leyli qui se bat au quotidien pour offrir le meilleur à ses enfants. Une femme qui a vécu l’enfer avant d’arriver en France. Une femme parmi tant d’autres. Michel Bussi nous parle de la vie de ces personnes qui tentent de fuir l’horreur, la misère pour un nouvel eldorado, un nouvel espoir. Mais ces réfugiés ne savent pas qu’ils vont se heurter à d’autres difficultés une fois arrivés en France… L’administration, les problèmes de logements, la précarité, le regard des autres, le racisme…

Malheureusement ce roman est long pour ce qu’il a à proposer. On la trouvait plutôt jolie est bien trop lent, ennuyeux par moment, si bien que j’ai fini par sauter quelques pages….
J’aime quand les romans me bousculent, me montrent l’ignoble vérité, le vrai visage du monde dans lequel on vit. J’aime quand les auteurs me mettent le nez dans la crasse, mais je n’aime pas que quelqu’un me prenne la main tout en voulant me donner SA vérité. J’ai eu l’impression que c’est ce que Michel Bussi a fait dans ce roman. J’ai ressenti plusieurs fois ce besoin de nous faire culpabiliser, car le français moyen qui peine à survivre au quotidien ferme les yeux devant les réfugiés…


Quand on saute quelques pages, ce n’est jamais bon signe, mais il faut dire que ce roman ne nous aide pas. Je pense qu’On la trouvait plutôt jolie sera vite oublié, tant cela ne m’aura pas marqué ou touché outre mesure. J’en viens à me demander si je suis réellement passé à côté de cette histoire ou si mes goûts ont vraiment changé…
N’hésitez pas à venir m’en parler dans les commentaires si vous l’avez lu, afin de me donner vos impressions. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s