[Retour sur Saga] – Halloween 3 : Le sang du sorcier de Tommy Lee Wallace (1982)

Après le succès du deuxième Halloween, les producteurs veulent relancer la machine immédiatement. Ce ne sera pas vraiment au goût de Carpenter qui reste assez mécontent du résultat final, puisqu’il avait signé le scénario, la musique et même quelques plans. John Carpenter reste cependant à l’écriture avec Debrah Hill et souhaite transformer la saga en une continuité de film, une anthologie à la manière de The Twilight Zone tournant autour de cette fête, permettant ainsi d’avoir de nombreuses thématiques et sources d’angoisses, tout en oubliant le personnage de Michael Myers. Ce troisième épisode, Halloween 3 : Le sang du sorcier, verra le retour de Tommy Lee Wallace qui n’avait pas eu la responsabilité du deuxième opus. Si vous ne voyez pas qui est ce réalisateur, gardez bien en tête que c’est lui qui vous a sûrement terrorisé avec le téléfilm Ça, il est revenu.

Le Dr Dan Challis vient en aide à la jeune Ellie Grimbridge dont le père vient d’êtremystérieusement assassiné alors qu’il tentait de prévenir la population d’un proche et grand danger. Intrigué par cette mort aussi soudaine qu’inquiétante, le médecin va tenter de remonter aux sources de cette enquête pour comprendre les raisons de ce meurtre. 

Halloween 3 : Le sang du sorcier est, sans aucun doute, le film le plus décrié, le plus conspué de la saga Halloween (on oublie pas H20 et Resurrection). Pourquoi un tel rejet de la part des fans ? Tout simplement parce que Michael Myers n’apparaît pas dans ce film… Les fans préfèrent ne pas le citer en tant que film faisant partie de la saga. C’est dire à quel point la pilule ne passe pas… Pourtant, Halloween 3 : Le sang du sorcier devrait avoir le droit à un nouveau jugement, car il fait partie, selon moi, des meilleurs longs métrage de cette saga.
L’histoire a pu en dérouter plus d’un, puisque le célèbre tueur mutique n’est plus de la partie, enfin presque. L’histoire se déroule en Californie du nord durant la semaine d’Halloween où un médecin va enquêter par lui-même sur la mort d’un vendeur de jouet. Ce film transpire l’héritage de John Carpenter, que ce soit dans sa réalisation, ses choix de cadres, sa musique, mais aussi dans ses thématiques. On retrouve tout ce qui fait le travail d’auteur de Big John, puisque nous avons un personnage assez solitaire qui devient un héros malgré sa volonté, cette sensation de paranoïa, d’être confronté à un grand méchant sans visage, reflet de notre société de consommation. 

Alors oui, Halloween 3 : Le sang du sorcier de Tommy Lee Wallace n’est pas si parfait que ça. On retrouve quelques incohérences et facilités scénaristiques, des acteurs qui en font peut-être un peu trop et même quelques faux raccords, mais il n’empêche que ce long métrage fait bien mieux que le reste de la saga et qu’il n’oublie pas d’ancrer son style graphique dans celui du premier Halloween de John Carpenter. Le réalisateur prend son temps, afin d’instaurer un climat froid, paranoïaque et glaçant, le tout sublimé par une colorimétrie bleuté pour les passages dans la nuit. On ne retrouve pas cette peur inhérente au personnage de Michael Myers, mais on a tout de même cette sensation d’être épié par tout un village. L’angoisse est présente et le réalisateur joue avec cet effet et ses méchants sans visages et son travail sur l’atmosphère qui peuvent nous faire penser aux extraterrestres de Invasion Los Angeles de John Carpenter ou encore à L’invasion des profanateurs de sépultures de Don Siegel.

Nous ne sommes plus du tout dans le slasher, mais Tommy Lee Wallace, John Carpenter et Debrah Hill décide de revenir à l’origine païenne de cette fête d’Halloween et de critiquer la société de consommation qui l’a récupéré, dépossédé de toute sa symbolique, afin de pouvoir en faire une fête commerciale. Ce troisième opus ose quelques fulgurances graphiques, notamment avec cette scène des doigts dans les yeux ou encore celle de la mort d’un enfant (ce qui est assez rare au cinéma).  
Il faut savoir que c’est avec ce film et son bide au box-office que John Carpenter s’éloigne pendant un temps de cette franchise et que le retour de Michael Myers arrivera dans le quatrième long métrage. Aujourd’hui, les cinéphiles reviennent vers ce film de Tommy Lee Wallace puisqu’ils retrouvent le bon côté des années 80 et une qualité qu’on ne retrouvera plus dans le reste de cette franchise…

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. princecranoir dit :

    Cette absence décriée de Mike Myers m’intrigue au plus au haut point et me donne une envie folle de me lancer dans cet épisode. D’autant plus que c’est Wallace qui réalise, un adepte des « choses » pas comme les autres.
    Petite question tout de même : peut-on apprécier pleinement cet épisode sans avoir vu le précédent ?

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      J’espère que tu y trouveras ton bonheur dans celui-ci. Pour répondre à ta question : non tu n’as pas besoin d’avoir lu les deux précédents, puisque Wallace, Big John et Hill apporte une histoire indépendante, se passant dans un autre Etat 😉

      Aimé par 1 personne

      1. princecranoir dit :

        J’ai vu la Nuit des Masques tout de même, ça aide un peu.
        Merci pour ce retour. Je me le mets de côté pour le temps du trick or treat. 😉

        J'aime

Répondre à tomabooks Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s