Revival de Stephen King : Un roman pas si évident que ça à aborder

Nous y sommes, le challenge – L’automne avec Stephen King a débuté le lundi 23 septembre et je l’ai commencé directement avec l’envie d’en lire énormément.
La PAL est conséquente et le premier problème se pose : Par quel roman commencer ? Parce que ce n’est pas comme ci j’avais beaucoup de choix et des thématiques assez différentes, mais j’ai quand même énormément hésité. 

Mais voilà, il a suffi que mon regard capte cette couverture bleue nuit et ses éclairs pour être envoûté. Il fallait à tout prix que je débute cet Automne du King avec celui-là, même si je savais que beaucoup de personnes ne l’avaient pas aimé. Je suis alors parti en quête d’une personne pour tenter une première lecture commune et le choix s’est porté sur Isa Lit qui est également une énorme fan du maître. 

Bon, vous l’aurez compris, mais aujourd’hui, je vais vous parler de Revival de Stephen King, un roman pas si évident que ça à aborder, paru aux Éditions Albin Michel et disponible également chez Le Livre de Poche

La 4eme de couverture

Il a suffi de quelques jours au charismatique révérend Charles Jacobs pour ensorceler les habitants de Harlow, dans le Maine. Et plus que tout autre, le petit Jamie. Car l’homme et l’enfant ont une passion commune : l’électricité.
Trente ans plus tard, Jamie est un guitariste de rock rongé par l’alcool et la drogue. Il va croiser à nouveau le chemin de Jacobs, et découvrir que le mot « renaissance » peut avoir plus d’un sens.

Revival : Un roman pas si évident que ça à aborder

Je vous préviens tout de suite, mais il m’a fallu pas mal de temps avant de coucher par écrit mon avis sur ce roman. Je ne suis même pas certains que celui-ci soit encore le même au moment où l’article sera disponible. Revival de Stephen King est le genre de roman qui n’est pas si évident à aborder. Je dois dire qu’il faut le digérer, afin de capter quelque chose dans la narration de ce roman. Il faut du temps pour que son pouvoir prenne sur nous, pour que son poison s’infiltre dans nos veines et dans notre esprit. Que dire de ce roman de Stephen King ? Tout simplement qu’il est comme l’éclair qui frappe le sol. Imprévisible et puissant. Soit celui-ci vous touche, vous foudroie ou alors il frappe à plus de 100km de votre conscience…
Le maître nous prévient tout de suite, Revival sera un hommage vibrant aux maîtres de l’horreur et du fantastiques qui l’ont bercé. L’ombre de H.P Lovecraft et de Mary Shelley plane au-dessus de cette histoire. 

On ne s’y trompe pas. Nous sommes face à l’oeuvre du King. On retrouve tout ce qui peut faire sa force, mais aussi sa faiblesse pour certains. Stephen King prend son temps pour mettre en place ses éléments, son histoire et ses personnages. Il prend tellement son temps ici, qu’on peut avoir l’impression qu’il comble son histoire de vide, tant on n’arrive pas à comprendre là où il veut en venir. Pourtant, l’ennui n’est pas là, bien au contraire. Je dois dire que je me suis tout de suite attaché aux personnages, à cette famille et à ce révérend.
Stephen King offre un véritable roman noir où le destin d’un homme et d’une famille entre en contact avec un être fascinant, fou et fanatique.
Dans Revival, on retrouve certaines thématiques qui sont chères à l’auteur. La musique rock, la nostalgie des années 60, un puissant plaidoyer contre la bêtise humaine, la religion, mais également pour la tolérance.

revival-stephen-king

Ce roman de Stephen King donne encore la part belle à des personnages touchants, profonds, auxquels on s’attache immédiatement. On s’insurge par moment de leurs choix de vie, on a peur pour eux et à cause de ce qu’ils peuvent faire. On ressent toutes les joies, les doutes, les peurs et toute la folie qui se dégage chez certains d’entre eux. Revival prouve, encore une fois, que Stephen King est l’un des meilleurs conteurs et créateurs de personnages. L’histoire monte en tension lentement et les touches d’horreur et de paranormal viennent tout doucement, par pointe, mais qui reste en tête…
Stephen King nous livre une histoire qui traite de la religion, des forains, du rock’n’roll qui commence par un accord de mi (“toutes ces conneries commencent par un mi”), d’addiction, de science, de perte, de deuil et de la folie. Revival est une oeuvre profonde, noire et surtout réaliste qui nous transporte jusqu’à l’horreur de son dernier acte. 
Comme à son habitude, le King joue avec nous pour nous toucher et cela fonctionne. Il se permet également de nous faire réfléchir sur notre monde et plus particulièrement sur la religion et notamment celle des USA des années 60 jusqu’à aujourd’hui. Stephen King nous parle de fanatisme à outrance, qui entre en corrélation avec la montée actuelle des intégristes dans les sphères religieuses, mais pas que… Il se permet même d’écrire un sermon d’une dizaine de pages qui résonnent encore en moi. Le King n’avait pas écrit une chose aussi violente depuis un petit moment. On retient son souffle et on est subjugué par cette plume virulente

Ce fanatisme prend encore plus d’ampleur dans la dernière partie de ce Revival et je ne vous cache pas que c’est celle-ci qui m’a le plus passionné. Nos personnages ont bien vieilli, mais la folie est toujours là, bien ancrée dans les esprits et Stephen King nous offre un final attendu, mais o combien incroyable. Il dédie son oeuvre aux premiers maîtres et je confirme que leurs ombres planent bien au-dessus de ce dernier tour de force. L’auteur offre quelque chose de bouleversant, de grandiose, de vertigineux et qui ne vous laissera pas indemne. J’ai pu y retrouve l’acte de folie qui m’avait tant plu dans un de ses romans, mais j’ai aussi trouvé une pointe de folie graphique et descriptive que je n’avais pas retrouvé chez lui depuis quelques lectures, même si, malheureusement, je regrette quelques aspects qui ne parleront qu’à certains phobiques. Si Revival prend son temps pour nous marquer, je dois dire que le final enfonce le clou et fait que ce roman sera gravé au fer rouge dans mon esprit, tant ce que j’ai pu lire est tétanisant, du moins dans sa conclusion.


Au final, Revival est une oeuvre dense et complexe que l’on doit digérer, avant d’en comprendre le sens. Je ne vous cache pas que j’en suis ressorti mitigé dans un premier temps et qu’une partie de la lumière du maître est arrivée par la suite. Revival est une oeuvre électrique, insaisissable et puissante que je vous conseille de découvrir fortement !
Stephen King nous parle de fanatisme et je me demande si ce n’est pas ce qu’on ressent à travers notre lecture. Est-ce que celle-ci ne nous aveugle pas quant aux soucis que l’on peut rencontrer sur Revival ? Est-ce que notre fanatisme envers le King nous fait aimer tout ce qu’il peut écrire ? Je vous laisse méditer là-dessus… Personnellement, je ne sais pas. Le final m’a marqué, mais est-ce suffisant à l’égard de tout ce qu’il nous a livré durant son histoire ?

Et n’oubliez pas, si vous voulez en savoir un peu plus sur Stephen King et son actualité, je vous invite à vous rendre sur le Club Stephen King.

3 commentaires sur « Revival de Stephen King : Un roman pas si évident que ça à aborder »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s