L’ombre de la menace de Rachel Caine: Thriller abouti

Houlala ! Chronique un brin difficile à venir. Je ne sais pas si je suis vraiment le plus éligible de la faire, mais je le dois. Ce livre était un SP, et j’ai mis plus d’un mois à le lire. Merci encore à Mylène, des éditions Archipel !

Ce livre est tombé dans un moment où la lecture n’était pas ma priorité. Bah quoi ? Ça arrive. Du moins pour moi. Pas de panne de lecture, simplement l’envie de faire autre chose. Je pense que les derniers mois, surtout cet été, j’étais allé vraiment de façon intensive avec la lecture. Jusqu’à aller à un niveau de saturation élevé. Mais je m’y remets petit à petit.

Ce livre est donc passé dans mes mains à ce moment là. Une centaine de pages de lues, mais des chapitres très longs. Très, très longs. Interminables. Qui m’ont donné des moments de blancs et une lecture qui était délaissée au profit d’un sommeil profond. Non pas je me faisais chier, mais la fatigue prenait le dessus.

Je vais passer l’épisode du trouble d’un mois durant lequel j’ai lu 10 pages du livre, à tout casser. Pour finalement le reprendre en lecture commune avec Lindsay (les_lectures_de_linzio sur Instagram) que je remercie énormément ! Parce que je regrettais vraiment de passer à côté d’un bon livre, et ça n’y a pas manqué, l’ombre de la menace est un bon livre et ce premier thriller de Rachel Caine est réussi ! Chez Archipel éditions, voyons ça ensemble de suite !

Un thriller psychologique abouti

Rachel Caine est connue pour écrire de la littérature axée jeunesse. Elle est à son coup d’essai ici, mais quel con ! On voit très vite qu’elle a appréhendé les codes pour en sortir un roman d’une bonne qualité. Le personnage principal est dément. Elle a souffert d’une expérience forte et traumatisante. A découvert, en même temps que les autres, que son mari n’était pas ordinaire comme elle le prétendait. Ni extraordinaire, malheureusement. C’était un serial killer qui sévissait depuis longtemps, torturant et tuant des dizaines de femmes. Un monstre comme il en existe peu. Forcément, elle est traquée car tout le monde la pense coupable. Elle va subir un battage médiatique et psychologique incroyable où de nombreux internautes font tout pour la déstabiliser, lui proférer des menaces, s’indignant qu’elle soit encore en vie. Ils lui veulent du mal, ainsi qu’à ses enfants. Alors elle va fuir et devenir quelqu’un d’autre. Une autre femme. Plus celle apeurée et soumise, cette femme morose qu’elle était. Elle va s’émanciper, tenter de sortir de cette vision acerbe que l’on avait d’elle. Elle va affronter ses démons, réels, concret, qui vont la suivre jusqu’à cette maison où elle réside désormais, lorsque des corps sont repêché dans le lac à côté duquel elle habite. Et que tout la ramène en arrière, vers son psychopathe d’ex-mari, vers cette faible femme qu’elle était. Elle va défendre corps et âme ses enfants. Garder la tête haute, s’entourant de personnes, essayant de faire confiance, bien que cette dernière soit difficile tant elle vit autour d’une paranoïa ambiante censée. Elle va faire face à ce déferlement de violence, de haine sur les réseaux, et de l’image que les policiers ont d’elle. Une image tronquée, falsifiée, qu’elle ne peut altérer. Une image qu’elle voudrait tant clarifier, mais allez faire croire que vous ne saviez rien, lorsque vous avez vécu sous le même toit qu’un type de longues années.

Le livre est plutôt rythmé, bien que la longueur des chapitres me laisse encore pensif. J’ai du mal à imaginer comment peut-on mettre 30 à 40 pages dans un chapitre de thriller et insuffler un certain rythme. C’est délicat, et parfois ça m’a refroidi. Nous n’avons pas la même sensation de commencer un chapitre en se disant qu’on arrêtera après ce dernier, mais que ceux-ci font 3 pages, alors on tourne vite et on tourne encore. Mais pour 40… Je vous laisse imaginer…

Attractif, bien fouillé mais déroutant

Le moins que l’on puisse dire, c’est que nous sommes très vite plongé dans cette histoire. Bien évidemment, vu le passé et le présent de ce personnage entier, il est évident que nos soupçons vont vers tout le monde. On doute de tout le monde, comme elle. On est elle et elle est nous. L’autrice a effectué de bonnes recherches, notamment dans les veilles pour ordinateur, tout ce détail informatique est appréciable, mais aussi pour le côté carcéral et pour les procédures.

Gina/Gwen Proctor et ses deux enfants supportent le trouble du mieux qu’ils peuvent. Rappelons que les enfants ont subi également la vue de sa mère, emportée par la police, sans savoir de quoi il en retournait. La grande sœur est devenue mature. Elle se comporte en femme et tente d’être une grande sœur pour son petit frère, qui, lui, ne se fait pas d’ami. Il a du mal à s’adapter, mais il va réussir, avec des personnes plus âgées que lui. Enfin, tous les deux sont habitués aux procédures d’urgence à suivre en cas de danger. Ils ont été élevé dans la peur et c’est la peur qui domine leurs faits et gestes, qui dicte leur vie.

Cependant, parfois, j’ai trouvé quelques réactions et actions des personnages un peu incompréhensibles, ou dicté par une voix intérieure qui les poussait à agir ainsi. Ce n’est pas non plus dérangeant, mais ça m’a fait levé les yeux au ciel à 2-3 reprises. Autrement la psychologie du personnage principal est ascendant et montre sans cesse qu’elle arrive à se défaire de la relation toxique qu’elle a entretenu avec ce monstre et de l’emprise qu’il semble avoir sur elle. Pour un final complètement abouti, tendu et vif.

En résumé

Une lecture plaisante mais difficile d’être tout à fait objectif tant elle se concentre sur 2 tiers du roman. Les chapitres sont très long mais l’histoire reste très plaisante à suivre. Nous sommes face à la reconstruction d’un personnage et, au delà, d’une famille, qui doit faire face à des événements perturbants et troublant qui vont réveiller un passé qui devait rester enfouis. Lecture très appréciable et agréable ! J’en suis content !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s