[Retour sur Saga] – Halloween : 20 ans après de Steve Miner (1998)

Comment faire revenir une figure tombée en désuétude depuis déjà quelques années ? Comment fêter dignement les vingt ans du premier Halloween de John Carpenter ? Et bien en faisant un nouveau long métrage ! Les producteurs, Mustapha et Malik Akkad, veulent marquer le coup et sortir un épisode anniversaire. L’idée de base était de partir sur un reboot complet de la saga Halloween, mais elle sera vite mise de côté pour en faire une suite aux deux premiers de la franchise. On oublie donc tout ce qu’il s’est passé après l’attaque de l’hôpital.
Les producteurs sont cependant conscients de l’évolution du sous-genre slasher, depuis la sortie en 1996 de Scream de Wes Craven, qui a littéralement révolutionné le genre, tout en le rendant, une nouvelle fois populaire aux yeux du public et des critiques. L’affaire ne sera pas facile, mais les deux hommes mettent toutes les chances de leur côté, puisque Jamie Lee Curtis (Laurie Strode) fera son grand retour dans la franchise et ils iront même jusqu’à demander à John Carpenter de revenir, mais celui-ci demandera un salaire bien trop important. Aucun problème, les deux compères se rabattent sur Steve Miner, qui n’est pas un débutant. Souvenez vous, c’est lui qui a commencé en produisant La dernière maison sur la gauche de Wes Craven , qui a coproduit le premier Vendredi 13 et qui a également réalisé le deuxième et troisième épisode de cette même saga (Le tueur du Vendredi et Meurtres en trois dimensions). 

Vingt ans ont passé depuis le drame de Halloween, La Nuit des masques. Laurie Strode tente péniblement d’oublier le passé. Devenue directrice du college privé d’une petite ville, elle mène une vie tranquille auprès de son fils de dix-sept ans et de son compagnon. Pourtant Mike Myers continue à hanter ses nuits. A la veille d’Halloween, elle se dispute violemment avec son fils qui veut participer à la fête. Finalement elle le convainc de rester au collège et de fêter Halloween en petit comité. Tout ce petit monde ignore que Mike Myers a recommencé à assassiner.

On ne va pas se mentir, mais ce Halloween : 20 ans après partait sous les meilleurs auspices. Il est indéniable que ce nouvel opus dépasse et de loin la qualité des autres épisodes de la saga (sauf les trois premiers), tant Steve Miner apporte une mise en scène travaillée, soignée et respectant à la lettre le cahier des charges imposées et surtout les codes du slasher sauce 90’s. Il suffit de se rendre compte du casting des ados stars pour s’en rendre compte (Josh Hartnett, Michelle Williams, LL Cool J et Joseph Gordon Levitt). Le réalisateur semble inspiré sur ce long métrage, bien que la durée soit tout de même assez courte. Dans ce nouvel épisode, l’humour prendra une petite place, alors que celui-ci était pourtant absent des autres opus de la saga. On peut s’en doute y voir la patte Vendredi 13, voire de Wes Craven qui est le maître de cette technique. Halloween : 20 ans après aura même sa dose de dialogues meta, notamment avec la confrontation entre Janet Leigh et Jamie Lee Curtis (mère et fille dans la vie), à propos de Psychose d’Alfred Hitchcock.
Bizarrement, l’intérêt de ce nouvel épisode ne réside pas dans le côté slasher justement, car Steve Miner semble assez frileux au moment où il faut passer aux mises à morts. Le réalisateur semble un peu trop coller aux règles du genre en nous proposant des adolescents qui deviennent bêtes face au danger et qui se transforment assez vite en pauvre victime face à un Bogeyman qui manque cruellement de charisme ici…

Non, l’intérêt de cet Halloween : 20 ans après réside dans la construction psychologique du personnage de Laurie Strode qui continue à vivre avec son lourd passé. L’histoire se déroule pourtant loin d’Haddonfield, puisque le récit se déroule sous le soleil de Californie, mais Laurie continue à voir des Michael Myers à chaque coin de rue. Alors, folle ou pas ? Le doute subsiste assez longtemps, d’autant plus qu’elle a quelques soucis d’alcool, de comportement et de possessivité par rapport à son fils. La force de cette facette psychologique est qu’elle est totalement plausible quand on connaît les événements qu’a vécu le personnage vingt ans auparavant. Les failles psychologiques sont importantes pour ce personnage et Steve Miner joue avec cela pour faire apparaître et disparaître Myers de temps à autre. Cette tension psychologique s’annule et c’est bien dommage dès la deuxième partie du long métrage où le carnage se met en place (vous vous doutiez bien de ce “retournement de situation’).
On ne peut qu’être déçu de la tournure que prend cet opus, vu la richesse scénaristique de sa première partie. Mais Halloween : 20 ans après de Steve Miner n’en reste pas moins un slasher assez fun que l’on prend plaisir à revoir. C’est difficile de faire du neuf avec du vieux, mais il a au moins le mérite d’essayer de nous offrir un Michael Myers qui se fait malmener tout du long. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s