Snjór de Ragnar Jonasson : Un diamant brut

C’est l’hiver, j’avais besoin de sentir le froid polaire du grand nord.

C’est pour cela que je me suis lancé dans Snjór, le diamant brut de Ragnar Jonasson publié aux Editions de La Martinière, mais aussi chez Points.

La 4eme de couverture

Siglufjördur, ville perdue au nord de l’Islande, où il neige sans discontinuer et où il ne se passe jamais rien. Ari Thór, qui vient de terminer l’école de police à Reykjavik, y est envoyé pour sa première affectation. Mais voilà qu’un vieil écrivain fait une chute mortelle dans un théâtre et que le corps d’une femme est retrouvé, à moitié nu, dans la neige. Pour résoudre l’enquête, Ari Thór devra démêler les mensonges et les secrets de cette petite communauté à l’apparence si tranquille.

Snjór : Un diamant brut

Ragnar Jonasson a fait une entrée fracassante dans ma vie de lecteur durant l’année 2019 avec La dame de Reykjavik. C’est simple, ce livre m’a complètement chamboulé, retourné et m’a fait découvrir l’alliance parfaite entre le polar et la littérature blanche. L’auteur m’avait offert un drame authentique, bouleversant et inoubliable. Est-ce que c’est également le cas avec son tout premier roman Snjór ? Oui totalement.
Ragnar Jonasson nous offre un véritable huis-clos à ciel ouvert où la tension sera permanente. Alors que l’exercice de style pourrait être compliqué, l’auteur s’en sort ici avec les honneurs et surtout avec une oeuvre d’une intelligence rare. Le huis-clos est en plusieurs couches, puisque l’on pourrait en voir une première avec les nombreux personnages qui gravitent dans cette histoire, mais surtout avec la nature qui se déchaînent. Parce que Siglufjördur, qui est la ville la plus au nord de l’Islande, est accessible uniquement par un tunnel creusé à même la montagne va vite se retrouver bloquer par la neige. C’est dans ce contexte que prend place l’histoire mise en place par Ragnar Jonasson.

snjor-ragnar-jonasson

Snjór m’a emporté par son ambiance si particulière, mais aussi par son côté polar à l’anglaise (on sent que Ragnar Jonasson a été le traducteur islandais des romans d’Agatha Christie). L’auteur nous emporte dans un rythme particulier, à la fois lancinant, contemplatif et propice à l’introspection. Il faut dire que l’auteur a ce petit quelque chose qui me parle, qui me donne envie de tourner les pages et de découvrir l’identité du ou des tueurs. Déjà, la plume de Ragnar Jonasson est tout bonnement parfaite. Elle est à la fois simple, mais toute en envolé métaphorique, notamment dans son pouvoir de description.
Snjór, c’est aussi la découverte du personnage de Ari Thor, jeune policier qui n’a même pas encore fini ses études et qui se retrouve propulsé dans une petite ville du nord. On découvre un homme qui se sent seul, qui a besoin d’être aimé, mais aussi un jeune homme encore naïf et plein de conviction sur son métier. C’est avec ce personnage qu’entre en jeu le travail parfait de Ragnar Jonasson, puisque celui-ci va profiter de la tempête de neige pour que son personnage se mette à réfléchir sur sa vie et ses envies. J’y retrouve certaines thématiques que j’avais pu découvrir dans La Dame de Reykjavik, ce qui me fait dire que Ragnar Jonasson est vraiment un auteur qui a ses propres obsessions.

Sous ses airs de polar simple, voire basique à la Agatha Christie, Snjór demande une attention toute particulière afin de déceler les nombreuses fausses pistes qui nous sont tendues. On découvre beaucoup de personnages qui gravitent autour du drame qui se joue dans cette petite ville côtière et ce sera à nous de démêler le vrai du faux, puisque Ari Thor ne nous fera plus part de ses idées. Snjór est un roman simple, sans fioriture, mais Ragnar Jonasson nous parle de son pays en crise, d’une ville côtière qui se meurt faute de poissons et il nous offre des paysages à couper le souffle. C’est une véritable carte postale qui s’ouvre à nous, bien que la force des éléments nous feront peur page après page. Snjór est avant tout un roman claustrophobique sur la reconnaissance, sur l’espoir d’arriver à quelque chose dans la vie. Je ne peux pas dire que ce premier soit vraiment grandiose, mais on sent que Ragnar Jonasson était encore un diamant brut à cette époque.


Je pense que vous l’aurez compris, mais je vous conseille fortement de découvrir cet auteur si ce n’est pas encore fait. Snjór est un polar simple, efficace et aux thématiques déjà bien ancrées. C’est un petit tour de force que nous offre Ragnar Jonasson avec Snjór et j’ai hâte de découvrir la suite des enquêtes d’Ari Thor.

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s