L’île au secret de Ragnar Jonasson : une merveille de polar

Est-il possible qu’un second tome arrive au même niveau que le premier, surtout quand celui-ci s’est avéré être un véritable coup de foudre littéraire ?

C’est la question que je me suis posé quand j’ai eu la chance de recevoir L’île au secret, le nouveau roman de Ragnar Jonasson par les équipes des Éditions de La Martinière.

Spoiler : Oui, c’est possible.

La 4eme de couverture

Au large des côtes de l’Islande, l’île d’Ellidaey abrite la maison la plus isolée au monde. C’est sur cette terre sauvage que quatre amis ont choisi de fêter leurs retrouvailles. Mais, après la chute mortelle de l’un d’entre eux, la petite escapade tourne au drame.
L’inspectrice Hulda, quinze ans avant les événements survenus dans La Dame de Reykjavík, n’a qu’une ambition : découvrir la vérité. Pas du genre à compter ses heures, Hulda ne prendrait- elle pas l’affaire trop à cœur ? Elle n’a jamais connu son père et a toujours entretenu avec sa mère une relation en dents de scie. Une vie de famille tellement chaotique que son job semble la seule chose capable de la rattacher à la réalité… Mais sur l’île d’Ellidaey plane une atmosphère étouffante. Les fantômes du passé ressurgissent.

L’île au secret : une merveille de polar

Vous le savez sans doute, du moins si vous êtes attentifs aux articles et au top de l’année 2019, mais La Dame de Reykjavik de Ragnar Jonasson avait été une révélation, un coup de foudre littéraire pour moi. Je crois que jamais un polar n’avait réussi à résonner comme ça en moi, ni à réveiller quelques peurs profondes qui sommeillaient depuis quelques temps.
L’île au secret est le second roman de La Dame de Reykjavik et je dois dire que les deux sont plutôt différents et qu’ils peuvent être lus dans n’importe quel sens, bien que l’on perde un petit quelque chose de fondamental selon moi. Ce nouveau roman de Ragnar Jonasson est LE roman idéal pour les amateurs de polar venus du nord, mais aussi pour celles et ceux qui veulent commencer doucement, voire même qui espère avoir une petite touche de littérature blanche dans le lot.
Je ne sais pas si vous êtes habitués du genre, mais vous ne trouverez pas ici un roman survitaminée, ni des litres de sang éparpillé sur le sol, mais bien une enquête subtile et dans l’émotion la plus pure, comme Ragnar Jonasson avait déjà pu nous l’offrir dans son précédent roman. Je ne sais pas si je m’exprime de la meilleure des façons, mais c’est comme cela que j’ai ressenti cette lecture. Je ne connais pas assez bien la littérature Islandaise pour évoquer ce point, mais Anaïs le fera sûrement mieux que moi, et il me semble qu’il y a une délicatesse chez eux qui se distingue par une plume plus douce, proche de ce que l’on peut retrouver chez nos voisins anglais et ce n’est pas pour me déplaire.

Ragnar Jonasson nous embarque avec lui dans un huis-clos insulaire qui pourra apporter quelques sueurs froides à celles et ceux qui ne sont pas familiers avec le sentiment de solitude, de calme et de remise en question. L’ïle au secret nous parle de deux enquêtes policières qui vont entrer en collision pour n’en faire qu’une et si vous avez bien suivi, c’est Hulda qui va être en charge de cette dernière. Ce qui est paradoxale avec ce deuxième roman, c’est qu’il est à la fois différent dans son rythme, dans sa structure, mais incroyablement proche de La Dame de Reykjavik par son ambiance et ses thématiques. Ragnar Jonasson a, encore une fois, su réveiller un sentiment bizarre en moi. Le genre d’impression qui ne nous lâche pas une seule seconde. Une espèce de mélancolie, de chape de plomb qui vient enrober page après page. Je ne me suis pas senti mal à l’aise avec celle-ci, mais je dois dire qu’elle a fait son petit effet sur moi. L’auteur nous parle du poids du passé, des souvenirs, de l’amitié, mais aussi des secrets bien gardés.
L’auteur alterne ses chapitres sous différents points de vues et découpe son histoire en plusieurs axes temporels, si bien que le rythme est bien là. On est friand de ce secret qui semble ronger l’ensemble de cette histoire et on aimerait vraiment connaître la tournure des choses. Ragnar Jonasson maîtrise à la perfection ses effets, son rythme et surtout ses personnages, si bien que l’énigme semble nous échapper. Les pages se tournent, si bien qu’on arrive au bout de cette histoire sans réellement s’en rendre compte, mais avec l’envie d’en avoir encore plus. Je ne connais pas assez bien l’Islande, mais je dois dire que l’auteur m’a transporté sur cette île. J’ai ressenti les embruns, l’humidité de l’air, le bruit des vagues qui viennent casser ce silence pesant et salvateur.

lile-au-secret-ragnar-jonasson

Mais L’île au secret ne serait rien, selon moi, sans le personnage d’Hulda. Que vous l’appréciez ou non, cette femme ne peut pas vous laisser indifférent. J’ai l’impression de vraiment pouvoir me projeter en elle, que ce soit dans sa façon d’être, dans ce qu’elle aime faire et dans ses peurs profondes. Je crois qu’aucun personnage ne m’avait autant marqué qu’Hulda et Ragnar Jonasson confirme cette sensation avec ce nouveau roman. Il nous propose ici un personnage contrasté entre son besoin d’appartenance et en même temps de faire ses preuves en tant que femme dans la police. Tout passe par l’écriture magnifique de l’auteur, puisque celui-ci nous propose une femme gagnée par le malheur, la solitude et c’est surtout avec elle que l’on ressent cette mélancolie et cette chape de plomb. La noirceur l’habite et Ragnar Jonasson ne l’épargne en rien, si bien qu’on en vient à ressentir une certaine tristesse devant son parcours et son histoire. L’auteur prouve, encore une fois, qu’il est un romancier de talent qui réussit à emmener le polar islandais vers quelque chose de plus grand encore.


Je crois que je n’ai pas besoin de vous faire un dessin… J’ai ouvert L’île au secret avec une petite pointe d’appréhension, celle de ne pas retrouver ce qui avait fait la richesse du premier roman de la trilogie, et je dois dire que j’ai eu tort de douter. Ce roman est une petite merveille de polar, d’émotions, de tristesse et de mélancolie, qui m’a encore une fois arraché le cœur en seulement deux petits jours. Je ne peux que vous conseiller de découvrir ces deux premiers romans et j’ai hâte d’être en 2021 pour connaître le tome final. COUP DE FOUDRE

7 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Il faut vraiment que je me lance !!

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      Je pense que ça pourrait te plaire en plus 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Tu le vends aussi bien qu’Anaïs ! 😉

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      Je n’ai pas encore lu sa chronique pour ne pas être orienté avec la mienne, mais je prends ça comme un énorme compliment 😍

      J'aime

      1. Ça l’est ! 😉

        J'aime

  3. unlivretoujours dit :

    C’est ma prochaine lecture parce que j’avais adoré La dame de Reykjavik ❤. Mais entre toi et Anaïs c’est encore étonnant que je n’ai pas arrêté ma lecture pour me jeter dessus 😂

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      Alors, je pense pouvoir dire que celui-ci sera tout aussi bon pour toi 🙂. Belle prochaine lecture 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s