Seul le silence de R.J. Ellory : exploration des fantômes du passé

Après le coup de foudre retentissant pour Le chant de l’assassin, il était temps que je découvre le roman de R.J. Ellory que l’on m’a le plus conseillé ces derniers mois. Ça tombe bien, parce qu’avec le confinement j’avais besoin de plonger dans une autre époque et de prendre mon temps dans un polar qui explore les fantômes du passé.

Aujourd’hui, je vous parle de Seul le silence de R.J. Ellory publié aux Éditions Sonatine et disponible également aux Éditions Le Livre de Poche

La 4eme de couverture:

Joseph a douze ans lorsqu’il découvre dans son village de Géorgie le corps d’une fillette assassinée. Une des premières victimes d’une longue série de crimes. Des années plus tard, alors que l’affaire semble enfin élucidée, Joseph s’installe à New York. Mais, de nouveau, les meurtres d’enfants se multiplient… Pour exorciser ses démons, Joseph part à la recherche de ce tueur qui le hante.

Seul le silence : exploration des fantômes du passé

Deuxième roman de R.J. Ellory que je découvre et j’ai déjà l’impression de me répéter, tant l’auteur nous embarque dans une odyssée, dans une histoire familiale complexe, dramatique et aux personnages touchants, mais surtout marquants. Il y a une véritable qualité dans la plume de ce britannique et celle-ci nous renvoie directement aux grands auteurs nord-américains, comme un certain Steinbeck ou encore tel un Stephen King, tout en y apportant une touche bien à lui. Il est indéniable que R.J. Ellory fait figure d’extraterrestre dans le milieu du thriller et du polar actuel, tant celui-ci se démarque de la concurrence avec ses romans. Seul le silence ne fait pas figure d’exception avec cette facilité à mettre de la puissance dans son écriture et surtout beaucoup de force dans les sentiments qu’il dépeint dans son histoire. L’auteur ne fait pas dans le rythme, dans le sensationnel, mais il va davantage explorer les failles de ses personnages, creuser les destins tragiques des habitants d’un petit village de Géorgie et notamment celui de Joseph que l’on va suivre sur une longue période.

Personnage attachant, Joseph est un jeune garçon de 11 ans quand on fait sa connaissance. Ce petit gars n’est pas comme les autres. On sent qu’il est à part, qu’il ne ressent pas la même chose que les autres et qu’il a une certaine sensibilité pour le monde qui l’entoure. Joseph aime écrire et souhaite devenir écrivain. Joseph croit aux anges gardiens et souhaite en devenir un pour protéger les jeunes filles de la région. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’un malade rôde dans les parages et qu’il a déjà assassiné et violé plusieurs petites filles, souvent proches de Joseph… R.J. Ellory creuse les sentiments de ce jeune garçon sensible, doué avec les mots et rongé par la culpabilité de ne pouvoir rien faire pour les sauver. Cette culpabilité va le suivre durant toute sa vie et son passé va le rattraper à de maintes reprises, l’obligeant à retourner dans son village d’enfance pour affronter les fantômes de cette époque qu’il souhaite oublier… Seul le silence est un roman noir qui coule petit à petit dans nos veines et qui devient notre obsession. L’auteur maîtrise son histoire d’une main de maître et nous plonge dans le quotidien tourmenté de Joseph. R.J. Ellory propose une galerie de personnages tous plus développés les uns que les autres et c’est comme ça qu’il nous attrape dans ses filets, et ce jusqu’à la dernière page, jusqu’à la révélation qui jette un froid…

avis seul le silence R J Ellory

La force de ce roman est aussi dûe au fait que l’auteur nous plonge véritablement dans une autre époque. R.J. Ellory nous embarque dans les années 50 et nous donne l’impression d’y être, tant il arrive à nous faire vivre cette aventure. On se projette aisément dans ce village de Géorgie, on a l’impression que les habitants sont tous bien vivants, palpables, et que l’on pourrait dévier d’une rue pour visiter seul. L’auteur nous offre deux pans de la culture américaine en un seul livre, puisqu’il évoque d’un côté un village très conservateur où chaque personne différente sera montré du doigt (les Afro-américains, les Allemands, les personnes barbus au cheveux longs, les handicapés, etc.) ; où l’on sent les regards insistants, les commérages, la peur de l’étranger chez certains et où chaque regard devient comme une accusation. À contrario, R.J. Ellory poursuit son odyssée dans la ville de New-York où la morale y est bien différente, où la liberté est de mise, mais où un Homme peut se sentir très seul, enfoui dans une ville gigantesque. Pourtant, c’est dans cette ville, où personne ne se soucie de personne, que Joseph va respirer et trouver un semblant de bien-être.


Il est indéniable que Seul le silence de R.J. Ellory n’est pas fait pour tout le monde, ne serait-ce que par son non-rythme qui pourrait en laisser pas mal sur le côté. Pourtant, l’auteur nous offre un roman d’une richesse humaine et dramatique d’une intensité rare. Si vous êtes passionnés par l’Histoire américaine, par les personnages marquants et touchants, alors je suis sûr que ce roman devrait vous plaire. Si ce roman m’a moins marqué que Le Chant de l’assassin, il n’en reste pas moins excellent et qu’il entre directement dans les coups de coeur de l’année. 

10 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Rah, j’aime cet auteur ! Je n’ai lu que « Papillon de nuit », mais il a une plume incroyable !
    Plus incroyable encore, les éditeurs l’ont longtemps détesté. Il avait écrit 22 manuscrits et reçu plus de 600 lettres de refus de quelques 120 maisons d’édition, avant que quelqu’un ne s’intéresse à son travail. Ce mec, c’est l’acharnement incarné.

    Aimé par 2 personnes

    1. tomabooks dit :

      Merci pour cette anecdote assez folle et qui prouve que certaines personnes du milieu de l’édition ont vraiment de la merde dans les yeux… Quand tu penses que certaines sagas plus que douteuses s’en sortent si facilement… J’espère que celles qui l’ont refusé s’en mordent les doigts maintenant 🙂

      Aimé par 2 personnes

  2. Bon, et bien je me vois dans l’obligation d’ajouter ce roman à ma wishlist. Ce n’est pas le genre de livre vers lequel je me tourne habituellement, mais j’adore les histoires très humaines, dramatiques et qui offrent une réelle profondeur dans la psychologie des personnages. Ici, j’ai bien l’impression que ce sera le cas, alors pourquoi pas tenter !

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      Avec tout ce que tu me dis, je suis sûr que ce roman est fait pour toi 🙂. Bonne future lecture 😉

      J'aime

  3. bennybooks dit :

    Je l’ai acheté je crois quand il était en promo il n’y a pas longtemps. Du coup tu me donnes envie de le lire.

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      J’espère que ça va te plaire 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. J’avais aimé le chant de l’assassin et je pense que je vais adorer celui-ci, mais comme tu le soulignes, il y a ce rythme particulier qui fait que je vais attendre d’avoir une période creuse pour pouvoir m’y plonger pleinement…

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      Je suis sûr que tu vas l’apprécier 🙂 et tu fais bien de le garder pour le bon moment, parce qu’il faut pouvoir s’abandonner dans cette magnifique histoire.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s