La playlist du HELLFEST 2020

Normalement, avec madame, on devrait être sous le soleil de Clisson. On serait en train de boire une bonne bière bien fraîche devant un bon groupe de Death Metal ou en train de faire une sieste sous les basses ronflantes de la Valley. 

Au lieu de ça, on est vautré sur le canapé à regarder les diffusions des concerts des années précédents sur Arte Concert (je vous rassure, la bière est quand même présente). 

Je me suis dit que ça serait dommage de ne pas revenir sur quelques groupes que je voulais absolument voir cette année.

Donc prépare toi, échauffe toi et c’est parti pour les circle pit dans ton salon !

Hellfest, tu nous manques…

LA PLAYLIST DU HELLFEST 2020

DEFTONES – Risk

La Mainstage de cette année peut sembler moins attractive que les années précédentes, surtout lorsque celle-ci marque les 15 ans du festival, mais c’est sans compter sur le choix de faire venir plus de groupes récents. Fini, ou presque, de voir certaines légendes tenir debout grâce à leur micro ou de voir un guitariste mangé par Parkinson. Cette année, la jeunesse, ou presque, était au rendez-vous ! Bon, Deftones, c’est plus si jeune (un poil plus de 30 ans de carrière quand même), mais ils ont été longtemps boudés des deux mainstage et surtout de cette place en tête d’affiche. Je ne boude pas mon plaisir de revoir encore Chino Moreno faisant la démonstration de ses qualités vocales, de Stephen Carpenter nous offrant la lourdeur de ses riff ou encore Abe Cunningham derrière ses fûts (on ne parle pas assez de lui et de son incroyable travail dans le groupe). Bref, j’aurais voulu revivre mon adolescence, fermer les yeux pour plonger dans un état second, un état mélancolique. 

MASTODON – The Motherload

Apparu une première fois sur une affiche du Hellfest 2020, puis supprimé aussitôt, pour revenir par la suite, Mastodon était l’un des groupes que je voulais absolument voir sur scène. Je ne pourrais pas vous dire à quand remonte ma découverte du groupe, mais celui-ci fait clairement partie des révélations de la décennie que nous venons de quitter. Je n’ai pas encore eu l’occasion de les voir en live, mais l’attente était grande pour moi. Je voulais ressentir de manière décuplée ce que le groupe arrive à retranscrire dans sa musique, dans ses riff, dans son mélange de sonorité et de genres. Je voulais prendre une belle claque. 

OBITUARY – Violence

Vous avez dû vous rendre compte au fur et à mesure des playlists que mon style de prédilection avait changé. D’un stoner gras (que j’affectionne toujours), je suis passé à quelque chose de bien plus piquant avec un attrait pour le Death et autre déclinaison en -core. Du coup, voir Obituary était un peu comme une façon de marquer mon changement et de valider cela par le pouvoir de la scène. Je dois même avouer que j’aurais pu être à deux doigts de tenter le pit, mais sans mes lunettes ! Je me dis que ce n’est que partie remise, puisque le groupe est un habitué du Hellfest. 

AT THE GATES – To Drink From The Night Itself

On reste encore quelques instants dans une partie Death avec At The Gates qui apporte un poil plus de modernité dans sa production et dans certaines sonorités. En tout cas, le groupe aurait eu le même effet sur moi qu’avec Obituary, mais avec la mélodie en plus. L’annulation du Hellfest va me permettre de rattraper mon retard sur le groupe, histoire d’être prêt pour l’an prochain. 

GRAVE – Plain Pine Box

Encore un peu de Death avec quelque chose de bien plus lourd, de plus hypnotique et surtout de plus gras. Grave ne fait pas dans la dentelle pour ce qui est de déboîter un peu la nuque à force de tenter le Headbanging (avouez que c’est pas facile quand on est presque chauve…). Bref, j’avais vraiment hâte de me frotter à l’ambiance plus sombre, plus délétère du groupe, histoire de plonger dans les ténèbres comme il se doit. Le riff est bien plus lent, à la limite du Sludge, tel un mastodonte qui vient se rouler sur nous, afin de nous empêcher de reprendre notre souffle. 

MEPHORASH – Sanguinem

Après le Death, j’essaie d’entrer tranquillement dans un univers encore plus sombre et déstabilisant pour moi, à savoir celui du Black Metal. Je dois bien avouer que c’est encore assez difficile pour moi et que j’ai encore quelques appréhensions, voire quelques préjugés sur le genre. Du coup, avant de m’intéresser à la musique en tant que telle et aux paroles, je passe plus de temps à m’imprégner de l’univers du groupe pour faire en sorte d’entrer dans une sorte d’état second. Mephorash réussit parfaitement le pari de me faire aimer un univers et des sonorités dont je n’ai pas encore l’habitude. Leur musique me donne l’impression de m’enfoncer dans la noirceur du monde, tout en faisant partie d’un tout. C’est assez difficile à expliquer, mais c’est le genre de groupe à découvrir sur scène, afin de vivre une expérience unique. 

THE GREAT OLD ONES – Nyarlathotep

Ce que je viens de dire pour ma découverte du Black Metal est tout de suite annulé, puisque The Great Old Ones, c’est tout sauf abordable pour un débutant… Bizarrement, le groupe a réussi à me faire plonger dans l’inconnue, dans la profondeur de son univers basé sur celui d’H.P. Lovecraft. C’est à la fois plein, insaisissable, perturbant et très sombre. Les musiciens donnent l’impression de jouer des sonorités hors du temps, de l’espace et de tout raisonnement humain. Pour le coup, je suis vraiment triste de passer à côté de ce concert, tant les avis sont unanimes sur la qualité de leurs prestations…

BODY COUNT – No Lives Matter

HOP, on change complètement d’univers pour partir vers le hardcore/rap de Body Count. Le groove est présent, l’envie de tout casser autour de nous aussi ! En tout cas, je me plonge de plus en plus dans ce genre de groupe, tant l’énergie décuplée dans chacun des titres donnent envie de faire bouger les choses. Pour le coup, l’effet bande et gangsta est bien plus présente dans ce groupe et je dois dire que ça fonctionne à la perfection. Faut aussi avouer que voir Ice-T sur scène, ça défonce tout !

JESUS PIECE – Live 

On m’a souvent demandé ce qui pouvait bien me plaire dans le hardcore et je crois que la meilleure façon de répondre, c’est de vous montrer le bordel que ça peut être dans le pit. Jesus Piece, c’est un peu LA découverte de l’affiche pour moi et je ne peux plus m’en passer depuis. C’est du Hardcore tout ce qu’il y a de plus basique avec des breakdown d’une lourdeur incroyable, du mosh et une énergie scénique communicative et c’est ce qu’on veut ! J’imagine parfaitement le chaos que cela aurait dû être dans la Warzone et j’ai un grand sourire sur le visage.

IN OTHER CLIMES – This Is Your Time

Le Hardcore, c’est aussi synonyme de soleil et de déconne avec les copains. En tout cas, In Other Climes l’a très bien compris et ne se prend absolument pas la tête. Il joue un Hardcore bien plus rapide, proche de ce que pourrait être un groupe de punk californien, sauf que les musiciens viennent de Nice. En tout cas, je suis sûr que la bagarre aurait été présente dans le pit ! 

THY ART IS MURDER – Human Target

Impossible pour moi de ne pas être devant la mainstage pour me prendre le deathcore de Thy Art Is Murder en pleine face. Alors oui, le groupe est assez répétitif à la longue avec son utilisation du blast beat hypnotique et de la voix du chanteur qui n’apporte pas beaucoup de nuances, mais tout ce que je demande, c’est un peu de violence. Et je crois pouvoir dire que l’on aurait pu être servi avec eux. Et puis, ça me fait plaisir d’imaginer la tête des petits touristes attendant la venue de Deep Purple (parce qu’ils font de LA VRAIE MUSIQUE EUX et ne font pas que crier dans un micro). 

THE HU – Wolf Totem

C’est un peu l’OVNI de l’affiche que je ne voulais absolument pas manquer ! Du metal en Mongolie et avec les instruments ancestraux… Il ne m’en faut pas plus pour m’émerveiller et me donner envie d’en savoir davantage sur cette culture qui m’a l’air très riche. J’ai l’impression d’être envoyé dans une dimension parallèle de la série Sons Of Anarchy. Je crois que c’est en fait un de mes plus gros regrets de cette année… The Hu a tout pour plaire à tout le monde, du novice au plus grand connaisseur. 

EINHERJER – Nord og Ner

On continue l’exploration d’une autre culture avec le Black à tendance Viking de Einherjer. Autant vous le dire tout de suite, mais je ne suis pas un grand adepte de ce genre dans le Metal que je trouve tout aussi beauf que le glam ou le heavy. Mais il y a quelque chose de moins commercial et donc de plus authentique dans ce groupe qui ne fait pas dans le folklore pour amadouer la scène. Les musiciens prouvent qu’il faut pas forcément être grimé sur scène pour faire entrer le public dans un autre univers, à la fois mystique et sombre. En tout cas, Einherjer me plonge directement dans un autre temps, parfois fantasmé, en seulement quelques notes.

JINJER – Retrospection

Bon, aucune surprise pour celles et ceux qui me connaissent et qui connaissaient déjà l’affiche du Hellfest… Je ne pouvais pas louper LE groupe qui a marqué mes deux dernières années et qui continuera à m’accompagner encore après. Jinjer fait le buzz depuis un certain temps et à juste titre, puisque le groupe représente tout ce que le metal moderne a fait de mieux cette dernière décennie. Les membres de Jinjer puisent leurs inspirations un peu partout pour nous offrir un style unique en son genre et à la puissance incomparable, du moins selon moi. Je ne vais pas m’étendre davantage sur le groupe parce que je l’ai bien trop souvent fait, mais en tout cas, je me faisais une joie immense d’être devant la scène pour profiter de ce moment. 

DOWN – Bury Me In Smoke

Sur ce coup, c’est la nostalgie qui parle puisque ça doit être l’un de ces groupes que j’écoute depuis le plus longtemps maintenant. Tout est là pour me plaire avec la lourdeur des riff, la voix et l’aura de Phil Anselmo qui écrase tout le monde. Je me voyais déjà crier à me déchirer les cordes vocales chaque parole avec madame… Si l’annulation du Hellfest est triste, c’est aussi parce que je ne verrais pas Down cette année. 

MESHUGGAH – I Am Colossus

Je crois que ça manquait un peu de lourdeur dans cette sélection, mais surtout de technicité et je pense pouvoir dire que Meshuggah nous aurait, une nouvelle fois, régalé avec leur set-list. L’Altar ne m’aurait jamais autant plu qu’avec ce groupe devant les yeux… Je sais que le style peut en rebuter plus d’un, parce qu’il faut aimer l’aspect mathématique de la rythmique, voire robotique. En tout cas, Meshuggah me fascine depuis tellement d’années, qu’il était impensable pour moi de ne pas aller les voir. 

WOLFPACK – Tapeworm

Retour sur la Warzone imaginaire pour mosher sur le groupe français Wolfpack. Qu’est-ce que c’est bon d’avoir un groupe de Hardcore qui vient titiller les grosses productions américaines comme Code Orange ou encore comme Knocked Loose. Tout est là pour t’écraser, te mettre au sol et te rouler dessus avec un mélange savamment dosé de Death et de hardcore. Le Hellfest aurait été une magnifique porte d’entrée pour le groupe, mais il faudra encore être patient ! Je vais devoir l’être aussi, parce que le Coronavirus va m’empêcher de les voir deux fois cette année… 

ALCEST – Sapphire

On termine avec un peu de douceur avec les deux prochains groupes. D’un côté, il y a les français d’Alcest qui quitte peu à peu les terres du Black Metal pour nous proposer un post-black proche du Blackgaze fait de sonorités envoûtante, mélodieuse et mélancolique. Je voyais ce concert comme une pause hors du temps où les émotions auraient été décuplé, mais il faudra encore patienter pour cela. 

ENVY – A Faint New World

Et puis, il y a les japonais de Envy qui étaient déjà là en 2019 et qui avaient fait l’unanimité parmi les festivaliers (sauf de moi, parce que j’ai pas pu y être et que j’étais trop fatigué). C’était l’occasion pour moi de prendre ma dose de screamo et de faire ressortir toutes les émotions que j’avais en moi (à ce qu’il paraît, on pleure facilement devant ce groupe). J’espère de tout cœur que le groupe sera encore à l’affiche en 2021, parce que je m’en mordrais les doigts de les avoir loupé… 

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Ta liste, j’ai l’impression que c’est mon père qui l’a écrite tant vous écoutez la même chose ^^’
    Personnellement je ne les écoute pas tous mais il y en a certains que j’aime beaucoup (Jinjer, Mastodon, …)
    C’est un chouette article en tout cas, merci !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s