Personne ne sort d’ici vivant de Adam Nevill : l’horreur à son paroxysme

Il y a des romans qui s’empare de nous dès les premières pages pour nous plonger dans une atmosphère particulière. Cette lecture demande à être savourée morceau par morceau, afin de comprendre sa pleine puissance.

Adam Nevill s’est amusé sur moi avec son roman Personne ne sort d’ici vivant publié aux Éditions Bragelonne dans la collection terreur. Dans ce roman, l’auteur met l’horreur à son paroxysme…

La 4eme de couverture 

Stéphanie est seule, sans argent, et elle peine à trouver un logement. Aussi croit-elle que la chance lui sourit quand elle finit par dénicher une chambre au loyer abordable dans une vaste demeure de Birmingham. Mais au 82, Edgehill Road, on aurait tort de se fier aux apparences. L’atmosphère inquiétante qui règne dans cette maison délabrée inspire à Stéphanie un profond malaise. Mais c’est sans compter les murmures dans la cheminée, les bruits de pas dans le couloir, les pleurs de femmes qui s’élèvent derrière les murs et les accès de violence du propriétaire des lieux. Pourtant, le cauchemar ne fait que commencer. Stéphanie parviendra-t-elle à s’enfuir de ce lieu maudit d’où personne ne peut l’entendre crier ?

Personne ne sort d’ici vivant : l’horreur à son paroxysme

Le roman d’Adam Nevill débute comme un roman d’horreur basique à base de maison hantée, de courant d’air froid dans certains couloirs, de bruits inquiétants, d’odeur de décomposition, de cris dans la nuit et de présences dans certaines pièces. Aucun doute, on est en terrain connu. Sauf que l’auteur est un de ces nouveaux génies de l’horreur, l’un de ceux qui arrive à nous faire ressentir le moindre effroi, la moindre frousse, mais surtout à nous faire sentir les odeurs nauséabondes en seulement quelques lignes. Personne ne sort d’ici vivant nous happe dès les premiers chapitres pour nous transporter dans une ambiance glauque, poisseuse, entêtante et diabolique, qui ne nous lâchera pas avant la toute dernière page.On peut dire qu’Adam Nevill nous envoi au purgatoire et qu’on ne pourra pas en ressortir indemne. L’atmosphère est lourde, pesante, parfois électrique, mais surtout insoutenable. Le roman n’est pas à lire en pleine nuit, sous peine d’avoir l’impression d’être accompagné par une présence invisible, néfaste… Les cris retentissent, l’obscurité s’empare de nous et il est déjà trop tard.
Le roman suit son cours et l’auteur décide de partir dans une autre direction, entre réalité et occultisme. La maison ne renferme pas que des esprits malveillants (enfin, si elle en possède réellement), il y a d’autres choses qui vivent derrière ces murs. Des monstres bien plus palpables, bien plus humains, bien plus dangereux. Adam Nevill nous offre un changement de ton, de cap, pour dériver vers un thriller tout aussi glauque, mais bien plus violent. Les scènes horribles s’enchaînent à la perfection et on ne peut qu’entrer en empathie avec le personnage principal de cette histoire. On souffre avec elle, on se crispe, on psychote et on finit par sentir la folie s’emparer de nous…

Personne ne sort d’ici vivant est le genre de roman à la croisée des genres qui ne vous lâchera pas de si tôt. C’est une oeuvre horrifique parfois complexe et qui cherche à aller toujours plus loin que son aspect maison hantée. Adam Nevill offre une belle réflexion autour de la folie humaine, de l’occultisme, mais aussi de la crise financière qui a touché et qui touche encore la Grande-Bretagne. L’auteur nous parle de ces gens qui galèrent au quotidien et qui se voit contraint de vivre au jour le jour, mais surtout d’accepter tout et n’importe quoi pour survivre, quitte à tomber entre de mauvaises mains. Car c’est bien connu, la crise profite à tout le monde…
C’est avec un travail incontestable sur la psychologie de tous ces protagonistes que le romancier s’ouvre, à nouveau, une porte vers l’oeuvre horrifique parfaite. Prenant, complexe, inquiétant et horrible sont les adjectifs qui peuvent définir ce roman et je n’exagère pas. Adam Nevill termine sa démonstration par ce qu’il sait faire de mieux : avec une belle surprise qui finit par nous scotcher au canapé. Personne ne sort d’ici vivant est une belle réussite qui pourra plaire aux amateurs du genre et peut-être à celles et ceux qui veulent essayer autre chose. Le tout est de savoir, si vous vous sentez capable d’entrer dans ce roman et d’en ressortir… vivant.


Je pense que vous l’aurez compris, mais pour moi Adam Nevill vient de nous offrir un sans-faute avec ce nouveau roman mêlant les genres avec brio. Personne ne sort d’ici vivant est un roman prenant, intelligent, suffocant et horrifique comme on en voit que très rarement. Maintenant, il ne reste plus qu’à espérer voir cette oeuvre adaptée au cinéma par un Rob Zombie en forme olympique !

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Il est dans ma pal, j’ai du coup hâte de le lire ^^ J’espère bien frissonner avec ce roman 😉

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      J’espère aussi pour toi 🙂 J’attends ton retour avec impatience !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s