L’heure du diable de Patrick Bauwen : dernière valse

Qui est le chien ? Vous pensez peut-être que c’est une drôle de question, mais lorsqu’on a lu les deux premiers tomes de la trilogie de l’Évangile, celle-ci devient une véritable obsession…

Aujourd’hui je vous parle de L’heure du diable, le dernier roman de Patrick Bauwen publié aux Éditions Albin Michel. Êtes-vous prêts pour cette dernière valse endiablée ? 

La 4eme de couverture

Chris Kovak est médecin, agoraphobe, incapable de sortir de chez lui. Quand un mystérieux patient le contacte, un compte à rebours meurtrier commence.

Audrey Valenti est lieutenant de la brigade Évangile, spécialiste des crimes du métro. Lorsque le corps d’une inconnue habillée en sorcière est retrouvé sur les voies ferrées, débute la plus incroyable des enquêtes.

Tous deux traquent le diable, un psychopathe monstrueux et insoupçonnable.

Mais c’est le diable qui va les trouver.

L’heure du diable : dernière valse

Quel plaisir, mais quel plaisir de retrouver la plume de Patrick Bauwen pour quelques heures de bonheur, de noirceur et de folie ! L’heure du diable se dévore ou se savoure au grès de vos envies, mais en tout cas, il restera à coup sûr dans vos mémoires. Troisième (et dernier tome de l’évangile ?), ce roman peut se lire indépendamment des autres, bien que vous ne retrouverez sans doute pas cette excitation quant à la traque du mystérieux chien et que vous ressentirez peut-être moins de choses envers ses personnages et surtout pour Chris Novak. Mais sachez que c’est possible et que la lecture restera tout de même prenante, forte et incroyablement bien construite.
Patrick Bauwen revient avec un roman d’une justesse en terme d’écriture assez exemplaire. Tout est là pour nous faire passer un bon moment, pour nous divertir et pour nous faire vivre cette enquête à mille à l’heure. L’auteur jongle, mélange les genres pour nous offrir LE thriller parfait, celui qui ne vous fera pas dormir de la nuit (sauf si vous êtes trop fatigué comme moi…). Le romancier nous plonge dans une histoire aux ramifications complexes, parfois sombres, tout en ancrant son récit dans l’actualité de notre pays. Tension autour des gilets jaunes, des manifestations, des blackblocks, des pickpockets dans les gares, tout est là pour nous faire prendre le pouls de la situation complexe. La tension est à son comble et c’est le terreau parfait pour la montée de certaines idées extrêmes. C’est dans cette atmosphère tendue que l’enquête prend place et autant vous dire que vous n’êtes pas prêts.

L’heure du diable, c’est une valse démente qui s’offre à nous. La première page se tourne et nous sommes pris aussitôt dans la tourmente. Cette sensation vient du travail formidable de Patrick Bauwen au niveau de son rythme qui ne retombe jamais, de sa tension qui monte crescendo, de sa violence qui arrive par petite touche et qui se termine en apothéose, mais aussi par son mystère qui flotte au-dessus de l’Évangile et de Chris Novak. D’une enquête policière, parfois complexe, l’auteur bifurque vers une histoire de famille qui recèle de nombreux secrets et surtout de zones d’ombres. Le chien devient vecteur de notre voyeurisme, si bien que l’on finit par attendre ses nouveaux indices pour plonger davantage dans la vie de Novak.
D’ailleurs, parlons-en de Chris Novak ! Personnage charismatique au possible, charmeur, drôle, mais surtout tourmenté. Le tourment n’est peut-être pas assez fort pour qualifier l’état dans lequel on retrouve notre personnage, tant celui-ci n’est plus que l’ombre de lui-même. Agoraphobe, presque alcoolique, drogué aux médicaments et à l’opium, Chris Novak se transforme peu à peu en un fantôme perdant son âme et son envie de survivre. On est cueilli d’emblée par son état de santé physique et mentale, si bien que l’on entre directement en empathie pour lui. Ouvrir L’heure du diable, c’est savoir pertinemment que l’on devra sans doute dire adieu à ce personnage et aux autres, souffrir avec eux et peut-être laisser une petite part de nous…


Je n’en dis pas plus, je vous laisse découvrir ce roman, mais aussi les autres de Patrick Bauwen. Ne passez pas à côté de cet auteur formidable, de ses thrillers démentiels, de Chris Novak et foncez au plus vite chez votre libraire. En mélangeant différents ingrédients, l’auteur nous offre avec L’heure du diable un roman parfaitement dosé, entre enquête sous haute tension, drame personnel et violence parfois insoutenable. 

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. C’était une conclusion réussie pour cette trilogie absolument addictive !

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      Oh oui ! Dommage que ça n’aille pas plus loin…

      J'aime

Répondre à Nath - Mes Lectures du Dimanche Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s