Nuits de cauchemar de Kevin Connor (1980)

Vous aimez les films de redneck ? Vous appréciez les slasher avec une pointe de gore ? Vous aimez l’étrange et l’humour ? Alors ne cherchez plus et regardez Nuits de cauchemar de Kevin Connor dès ce soir. En plus, c’est disponible sur la plate-forme SHADOWZ, alors que demande le peuple ? 

Vincent Smith et sa sœur sont des fermiers qui tiennent par ailleurs un motel, attenant à leur ferme. Vincent propose en outre à la vente de la viande fumée très réputée. Mais l’origine de sa viande est inhabituelle, car il s’agit en fait de viande humaine qu’il arrive à se procurer en kidnappant puis tuant des touristes de son motel…

Autant être honnête avec vous tout de suite, mais vous risqueriez d’être déçu en voyant ce film. Non pas que celui-ci soit mauvais, mais il ne faut pas s’attendre un long-métrage au rythme endiablé et aux scènes de terreur dantesque. Au contraire, Nuits de cauchemar est un film qui prend son temps, qui joue avec plusieurs codes, histoire d’implanter une atmosphère particulière. Kevin Connor, le réalisateur, n’hésite pas à s’inspirer de plusieurs oeuvres cultes pour nous plonger dans un récit qui nous veut du bien. Le couple de fermiers redneck et propriétaire d’un hôtel  avide de victime pourrait vous rappeler la famille de Massacre à la tronçonneuse ou encore les Bates dans Psychose.
Heureux de s’attaquer à la mode du Redneck movie, Kevin Connor ne se simplifie pas la tâche, puisque celui-ci décide de faire entrer l’humour noir dans la partie. Si cet aspect ne fonctionne pas toujours, cassant alors le rythme de son récit, il est indéniable qu’il nous apporte une succession de scènes surréalistes. Le réalisateur n’y va pas avec le dos de la cuillère pour ce qui est de nous présenter les victimes de ce couple de fermiers. Nous sommes dans la confidence et nous regardons, tel des voyeurs, les clients de l’hôtel se faire berner…

Kevin Connor profite d’une bonne écriture au niveau des rapports entre les personnages, si bien que l’on prend plaisir à les suivre. Nuits de cauchemar est une espèce de proto The Devil’s Reject, dans le sens où le réalisateur nous dépeint deux personnages qui croient dur comme fer à leur grande oeuvre. Tandis que les victimes, venant de la grande ville, représentent tout ce que l’humanité a de plus déviante (musiciens, biker, couple échangiste, etc.).
Si le film reste prévisible dans son ensemble, il est fort probable que son aura, son ambiance bizarre et le but de ces fermiers vous happe et ne vous relâche plus. C’est par une séquence finale incroyable, digne des meilleurs slasher, que se termine ce long-métrage. Celle-ci pourrait vous apporter quelques sueurs froides, notamment pour les vegan et ceux qui n’aiment pas trop le bruit des tronçonneuses…

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. princecranoir dit :

    Une étape indispensable pour ce mois d’Halloween, même s’il paraît que le patron est une vraie tête de cochon. 🐷😁

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      Mais tout est bon dans le cochon ❤️

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s