Terrifier de Damien Leone (2016)

Vous avez été traumatisé par un clown durant votre enfance ? Vous n’aimez pas plus que ça les mimes ? Alors, je pense que Terrifier pourra vous faire changer d’avis sur cette profession… Pause… Je rigole.

Pendant la nuit d’Halloween, plusieurs jeunes femmes tentent d’échapper à un meurtrier déguisé en clown. Ce dernier prend un plaisir sadique à mutiler atrocement ses victimes.

Terrifier, c’est avant tout un court-métrage d’une vingtaine de minutes qui avait fait son petit effet parmi les amateurs du genre. Suite à ce succès, Damien Leone décide d’en profiter et d’allonger sa durée pour en faire un long-métrage. C’est donc avec un budget très serré (100000$) que le réalisateur se lance dans la conception et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela se ressent. Mais, Leone a plus d’un tour dans son sac, puisqu’il est maquilleur et technicien d’effets spéciaux.
Autant vous le dire de suite, mais Terrifier ne brille pas par son scénario. On peut même dire que celui-ci peut le desservir un peu, puisque le réalisateur s’appuie sur deux ou trois décors différents et une poignée d’acteurs pour nous offrir un slasher basique, décomplexé, qui n’est pas sans rappeler le cinéma des années 80. Le film peut être vu comme une succession de mises à mort de personnages de façon très gore. Damien Leone ne recule devant rien et on ressent son métier de base, puisque tout respire la qualité. Les amateurs de gore vont être aux anges, puisque le réalisateur nous offre un massacre varié, sanglant et bien sale. Entre découpage de membres, énucléation et découpage d’une femme en deux dans le sens de la longueur, Damien Leone ne nous épargne rien. 

Le scénario est basique, mais Terrifier se démarque par son ambiance et surtout par le personnage de Art The Clown. À la fois dérangeant, sadique, troublant et violent, ce tueur restera dans votre mémoire pendant un bon bout de temps. Il est certain que celui-ci dispose d’un charisme hors du commun, qui pourrait rivaliser avec celui de Pennywise orchestré par Stephen King.
Ce qui est sûr, c’est que Art The Clown n’a pas une gueule de porte-bonheur, bien au contraire. Celui-ci nous plonge de plus en plus dans la folie d’un sadique qui ne parle pas, qui s’exprime tel le mime Marceau amoureux de l’humour noir… Damien Leone se colle à son personnage pour nous offrir une réalisation soignée, bouillonnante, sale, saturée, poisseuse et étouffante, si bien que Terrifier fini par devenir un divertissement de grande qualité. Terrifier de Damien Leone, c’est du slasher qui ne se refuse rien et qui va au bout de ses idées, même si celles-ci semblent aller trop loin pour le commun des mortels.

“Con de mime”

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. roadreader dit :

    ”oh chéri ca va couper”

    Aimé par 2 personnes

  2. princecranoir dit :

    OK, so « send in the clowns »…

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      Et vivement le 2 🤡

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s