Trouver l’enfant de Rene Denfeld: Brillant

Aujourd’hui, je vous emmène sur la piste d’un enfant disparu. Le malheur pour une famille, qui ne peut faire son deuil.
Au contraire d’une mort, ne pas savoir où est passé son enfant, pour les nombreux jours, mois voire années à venir, que faire dans cette situation ? S’arrêter de vivre, arrêter le temps au moment où son enfant disparaît ? Continuer à vivre avec la douleur perpétuelle et le chagrin ? C’est un sentiment douloureux qui arrive à des milliers de personnes dans le monde, que ce soit un membre de la famille ou à des proches. C’est un sentiment que l’on ne voudrait jamais connaître.

Heureusement, des personnes se démènent pour les retrouver. C’est le cas de Naomi, une sorte d’enquêtrice qui a vécu un événement similaire durant son enfance. Elle est sans doute la mieux placée pour retrouver les enfants disparus. Alors elle va prendre en charge une affaire qui la ramène du côté de chez elle, de son passé. De ce qui est enterré dans sa mémoire. Et nous allons sur les traces d’une fillette disparue alors qu’elle allait acheter un sapin de Noël avec ses parents. Des parents anéantis par cette perte, et malgré les mois et années qui passent, se persuadent qu’elle est toujours là, quelque part, à grandir, et ils attendent son retour.

Trouver l’enfant est un livre d’une grande force, à la fois beau et merveilleux dans son écriture, mais aussi poignant et déstabilisant sans certains passages qu’il narre. C’est un livre émouvant, intense, qu’a écrit Rene Denfeld.

Un autre livre qui se passe en hiver, dans un paysage enneigé. La neige bouleverse, nous étouffe, nous donne envie de nous réchauffer au coin d’un feu de bois qui craque. Les pages se tournent avec envie, avec plaisir. Dès les premiers mots, nous sommes au contact de Naomi, jeune enquêtrice marquée, à l’esprit torturé. Les mors sont puissants. On parle de perte, d’enfant disparu. Naomi s’y connaît. Elle a retrouvé tous les enfants qu’on lui a demandé de chercher. Elle s’immisce dans la vie des personnes, trouve ce qu’il en résulte. Ça prend du temps, parfois, mais elle y parvient toujours. Dans ce décors glacial, asphyxiant même, nous suivant deux narrations. Celle de Naomi, qui s’évertue et se démène dans son enquête mais aussi sur les traces de son passé. Mais aussi celle de la fillette disparue, qui vit et grandit, raconte avec ses mots d’enfant sa nouvelle vie, ses nouvelles peurs, ses sentiments naissants. Des mots d’une puissance inouïs, raconté avec force par une gamine innocente et chétive. C’est beau mais également horrible.

Trouver l’enfant engage sur son titre. La quête se résume à ça. Trouver cette enfant disparu. Et ramener à la surface cette enfant que ses parents ne croient pas morte. L’intuition maternelle et féminine. La force morale d’une mère qui pense à sa fille. Mais également faire la lumière sur son passé qui est morcelé dans les méandres décousus de son esprit.

L’enquête avance sur un rythme peinard sans que cette longueur ne dérange. Autant pour certains romans, nous sommes vite lassé. Ici, c’est aussi la force de cette intrigue, où comme les personnages, nous sommes embourbé dans cette neige qui ne cesse de nous envahir. Dans ces secrets et ces mystères qui s’épaississent à mesure que les pages se tournent. Dans ces rêves et songes où se perdent notre personnage principal et cette fillette perdue.

Trouver l’enfant est plus qu’une quête, c’est une rédemption. Une chasse aux démons, ceux qui nous hantent, qui nous traumatisent. Ceux qui nous empêchent de vivre. Un appel à les combattre, à se défendre.

Trouver l’enfant trouve sa force dans les mots et l’écriture à la fois ensorcelante et poétique de son autrice, qui parle parfois de sujets touchants et douloureux, dans la bouche et le vision d’une enfant ou dans l’esprit de Naomi. C’est à la fois cruel et émouvant. Un plaisir coupable dont on ne peut se cacher. Qui ne peut que nous ébranler et nous laisser pantois, sans défense aucune. Car la l’évolution et la conclusion de ce livre ne peut laisser indifférent.

Alors à la mémoire de toutes ces personnes qui disparaissent sans laisser de traces, nous devons y avoir une petite pensée !

C. PLEACK

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je l’ai ADORÉ. Chroniqué en 2019 je crois.

    J'aime

  2. Ça me paraît prometteur.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s