Un mur entre nous de Caroline Corcoran : Quand une voisine particulière cherche voisins particuliers

Confinement jour 6. Je commence l’écriture d’une nouvelle chronique, mais je ne sais absolument pas comment celle-ci va se terminer. Les jours passent et se ressemblent. Le calme de la ville contraste avec la folie de mes voisins. Musique, enfants qui pleurent, qui courent qui se claquent contre la porte, couples qui se déchirent et je ne vous parle même pas des odeurs, à croire qu’il y a un mort dans l’immeuble. Les murs sont aussi fins que du papier à cigarette. On entend tout, à défaut de voir… 

Aujourd’hui, je vous parle d’une lecture de circonstance. Aujourd’hui, je vous parle du roman Un mur entre nous de Caroline Corcoran publié aux Éditions Hauteville. Quand une voisine particulière cherche voisins particuliers…

La 4eme de couverture

Lexie et Tom filent le parfait amour et vivent à Londres, dans un charmant appartement, où ils espèrent accueillir bientôt un enfant. Mais récemment, il semblerait que quelqu’un s’introduise en leur absence dans leur petit nid d’amour. Un livre déplacé, une armoire ouverte, le double des clés qui disparaît… Tom est convaincu que sa compagne se fait des idées. Ces derniers temps, elle est à cran. Mais Lexie n’a pas le moindre doute : quelqu’un surveille ses moindres faits et gestes. Quelqu’un qui lui veut du mal.

Un mur entre nous : Quand une voisine particulière cherche voisins particuliers

Je crois pouvoir dire que l’on s’est tous déjà amusé, au moins une fois, à donner des petits noms à ses voisins, voire à leur inventer une vie. Dans notre immeuble, il y a Dick Rivers, notre petite mémé qui perd la boule mais qui ne sort jamais sans son cuir ou encore Cradoc le voisin du 4eme qui sent un peu trop l’oignon et la sueur… En tout cas, c’est ce que Caroline Corcoran évoque dans son roman Un mur entre nous et je peux vous garantir que ça change de ce qu’on a habituellement dans le genre du thriller psychologique et domestique. L’autrice nous plonge dans un immeuble et plus particulièrement dans deux appartements mitoyens dont le mur est aussi costaud qu’une crêpe dentelle… D’un côté, il y a Lexie qui est en couple avec Tom. De l’autre, il y a Harriet qui vit seule. Elles ne se connaissent pas, ne se sont jamais vus, mais chacune d’elle idéalise la vie de l’autre par le biais d’un prisme déformant. Pourtant, il n’y a pas de quoi idéaliser dans les deux cas… Caroline Corcoran ne nous laisse pas longtemps dans le flou quant aux vies que mènent ces deux femmes, puisque celle-ci nous les présente tour-à-tour et que l’on comprend que tout n’est pas rose pour elles. Le piège se referme, impossible alors de ne pas entrer en empathie pour au moins l’une des deux.
Un mur entre nous, c’est un récit implacable sur l’idée que l’on se fait, sur le fantasme que l’on peut avoir de notre voisinage, de notre couple, de notre confiance et de la maternité. Dans ce roman, l’autrice évoque avec justesse la thématique de la rupture, d’une histoire conflictuelle avec un pervers narcissique, de tout le cheminement mental et de toute la destruction psychologique que cela engendre. La parentalité est aussi exposée, mais du point de vue de la femme qui rêve d’être maman, mais qui n’y arrive pas. On suit cette descente en enfer que peuvent vivre de nombreuses femmes dans le monde. On regarde cette femme s’enfoncer dans les conseils de plus en plus loufoques pour enfanter, jusqu’au point d’en oublier sa propre existence de femme.

un-mur-entre-nous-caroline-corcoran

Si Un mur entre nous de Caroline Corcoran se démarque c’est par le biais de sa construction, puisque celle-ci va alterner son chapitrage avec le point de vue des deux voisines, mais aussi par la profondeur psychologique apportait à chacun des personnages. Le ton est donné, il est calme, mais l’autrice nous transporte dans les pensées, dans les relations que les deux voisines peuvent avoir dans la vie. On se transforme petit à petit en un monstre omniscient, mais surtout comme un pervers, un voyeur qui se délecte de chaque détail de la vie privée. Le vernis craque tout doucement, le mur s’effrite devant nos yeux ébahis. Un jeu va se mettre très rapidement en place dans l’écriture de l’autrice, si bien que l’on entre facilement dans l’intrigue et que l’on suit chaque étape avec envie. Ce qui est assez rare, c’est que Caroline Corcoran nous place, le temps de plusieurs chapitres, dans la peau de la voisine qui joue avec sa proie. On entre dans le cerveau malade de cette femme qui cherche à se venger du passé. Si cette incursion dans la folie d’un acte peut amuser dans un premier temps, c’est bien une tension grandissante qui s’offre à nous. L’intensité monte page après page, le danger est là et la folie augmente petit à petit. On ne sait pas jusqu’où tout cela pourrait aller, mais on devine que ça pourrait être très dangereux. Le malaise s’installe. On ne sent plus en sécurité, on commence à douter de notre propre voisinage, on ferme notre porte à clef et on attend le final. Malheureusement, celui-ci s’avère être assez soft… La guerre psychologique s’achève sur un goût amer. Dommage.

Malgré sa fin qui laisse un peu sur sa faim, Un mur entre nous est un thriller psychologique/domestique que je conseille assez fortement. Si vous voulez avoir quelque chose de différent, je pense que c’est celui-ci qu’il vous faut. Ce roman est une belle surprise que ce soit pour son travail sur la psychologie des personnages ou pour sa tension tout en finesse. J’espère que la situation va vite s’arranger pour que vous puissiez vous le procurer au plus vite chez votre libraire.
En tout cas, j’espère que la période de confinement se passe bien pour vous ! 

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Une chronique qui donne envie ! Et une histoire très intrigante 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. tomabooks dit :

      C’est à découvrir, c’est sûr 🙂 J’espère qu’il te plaira !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s